Le stand-up de "l'islamiquement décalé" Farid Abdelkrim

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour

Farid Abdelkrim était un élève brillant. Mais le jeune Nantais entre dans l’engrenage de la délinquance, avant de rencontrer l’islam, puis l’islamisme des Frères musulmans. Ses talents d’orateur lui font vite gravir les échelons. Devenu président des Jeunes musulmans de France, il finit par tout plaquer. L’islamisme l’avait éloigné de Dieu et de lui-même.

Le Monde des religions - 19/02/2015

Farid Abdelkrim. 1ère de "Je vous déclare la paix". Nantes, 26/10/10 - Photo : Yves Monteil

Farid Abdelkrim. 1ère de "Je vous déclare la paix". Nantes, 26/10/10 - Photo : Yves Monteil

01/10/2010 - Stand-up "Je vous déclare la paix"

Il existe bien une pensée progressiste, des islamistes de retour sur terre, des français qui voient l'islam autrement, en prenant en compte le présent et l'avenir. Farid Abdelkrim en est l'incarnation.

Yves Monteil, extrait du billet ci-dessous

Voilà une prestation à la forme ciselée (mise en scène de Thierry Maillard) et au fond à la fois dense et ténu. Connu pour être pourfendeur de "l'islamiquement décalé"* et poil à à gratter de ceux qu'il aime à nommer "les politicards", notamment nantais, voilà qu'avec ce stand-up le conférencier inépuisable, le citoyen énervé se fait artiste dans l'art difficile qu'est le stand-up.

En écoutant pour la première fois Farid Adelkrim en vidéo**, du temps où il était représentant des Frères Musulmans, on se demande s'il s'agit d'une conférence ou d'un one-man-show. C'était déjà un peu du stand-up et sans doute la fin d'un cycle de centaines de conférences dont il semble, de son avis même, las.

"Je vous déclare la paix" résonne comme un bilan de parcours qui ramasse la vie et les convictions d'un quarantenaire apaisé mais toujours mordant. L'auteur veut imposer son "Je" pour sortir du "Nous" et du "On", pronoms derrière lesquels s'engouffrent, sans toujours savoir pourquoi, nombre de musulmans.

Farid Abdelkrim dé-caricaturalise l'islam en pointant le jeune français "d'origine étrangère" qui ne se sent pas français, le converti qui ne serre pas la main du médecin de sa femme ou encore "le musulman" qui ne voit plus l'autre que par le prisme religieux...

On sort du débat qui suit le stand-up rassuré. Plutôt rare de nos jours d'entendre un son de cloche, un appel de muezzin, différent de celui qui fait flipper le quidam.

Il existe bien une pensée progressiste, des islamistes de retour sur terre, des français qui voient l'islam autrement, en prenant en compte le présent et l'avenir. Farid Abdelkrim en est l'incarnation.

Yves Monteil

* Biographie ** 27e, rencontre des musulmans de France

Après le stand-up, Farid Abdelkrim rencontre son public

Salle Sémaphore de Nantes. Par Yves Monteil, Citizen Nantes

Affiche de "Je vous déclare la paix"

Affiche de "Je vous déclare la paix"

Présentation

Un non-conformisme certifié et authentique, une pointe d'humour et un grand souci d’échanger avec le public.

Extrait de la présentation ci-dessous

"Je vous déclare la paix", c'est non seulement le titre du premier Stand-up débat de Farid Abdelkrim, mais c’est aussi l’une de ses aspirations majeures. S'inspirant de cette célèbre formule « Salam Alaykoum », Farid nous invite à flirter avec quelques uns de ses thèmes de prédilection : ses origines difficiles; d’une schizophrénie à l’autre; la Paix, ou comment l’obtenir; les intégrismes de tout bord; l’amour qu’il voue à ses deux mères patries; ses visions de l’islam… ou autant de détours facultatifs qu’il s’oblige à visiter et revisiter sans cesse.

Lire l'intégralité

Compléments

01/03/2015 - "L’humoriste Farid Abdelkrim" (RFI)

A propos de son dernier livre « Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste », (éditions les Points sur les i)

Le stand-up de "l'islamiquement décalé" Farid Abdelkrim

Le repli n’est pas une solution. Ce n’est pas une réponse aux injonctions principielles du Coran : « Ô vous gens, Nous vous avons créés à partir d’un homme et d’une femme, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez » (Sr 49 v 13). Pour Dieu, la diversité appelle à la rencontre. Ceux qui, par sécurité, se sentent bien dans leur entre-soi n’ont pas forcément les outils pour se sentir à l’aise avec autrui. Comment transmettre aux jeunes des quartiers périphériques les moyens de se constituer un capital culturel pour comprendre le monde où ils vivent et la religion à laquelle ils aspirent ? C’est un gros chantier auquel nous devons tous participer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article