CitiZen Nantes

Atelier de Mail-Art avec J.P Hanel, ce samedi 3 mars

17 Février 2012, 20:46pm

Publié par CitiZen Nantes

Mise à jour du 29/02/2012 - 22h10

Atelier MAIL-ART animé par Jean-Pierre Hanel à l'Espace Cosmopolis (rue Scribe) - Samedi 3 mars de 14h à 16h. Ci-dessous vidéo de  l'atelier du 27 février 2012.

Orla. 27/02/2012 Citizen Nantes

Le Centre Culturel Européen de Nantes "invite le Portugal à poser ses valises à Nantes et dans la Région". Les Oeillades Portugaises se dérouleront du 23 février au 31 mars 2012. A cette occasion, zoom sur le concours de mail art "Tous timbrés" et avant-propos  de Jean-Paul Barbe et Anne Plaud du Centre Culturel Européen. 

Concours de mail art « Tous timbrés » / Cronos repetidos

"Le mail art est une branche récente et florissante de l’art graphique ludique : il consiste à créer un ensemble enveloppe et timbre, sans aucune autre limite que celles de l’imagination et de la contrainte thématique. L’œuvre devra  travailler, renouveler, subvertir peut-être même, les images du Portugal : celles qu’en ont les Portugais, celles qu’ils souhaitent transmettre au monde, et celles que celui-ci a d’eux".

>> L’ensemble, enveloppe et timbre, est à adresser au plus tard le 3 mars 2012 (cachet de la poste) par voie postale dûment affranchi à : Fulano de Tal, Centre Culturel Européen, rue Du Guesclin, 44000 Nantes.

>> Les enveloppes de mail art seront exposées à partir du 6 mars à l‘Espace Cosmopolis et le jury communiquera les noms des deux vainqueurs le jeudi 8 mars à 20h. Chacun des lauréats recevra un billet AR en autocar (EUROLINES) pour une ville du Portugal de son choix.

>> Règlement du concours de mail art-CCE

oeillade-portugaise-copie-1.jpg

 

Avant-propos / Prologo

Le Portugal existe-t-il encore, se demandera tel ou telle, à la lecture répétée des manchettes de journaux. Oui, voulons-nous montrer, au delà de tout soubresaut d’actualité.

Il s’est déjà remis de deux catastrophes, l’une brutale, l’autre sournoise.

La première ce fut le tremblement de terre, disons plutôt le cataclysme de Lisbonne en 1755 dont l’optimisme des Lumières tout entier fut ébranlé. Non seulement le Portugal se prit à revivre, mais la catastrophe fut l’occasion pour son marquis de Pombal de réformer à fond la société portugaise. Certes, l’expérience fut de courte durée, mais elle est un gage durable de courage et d’espoir.

L’autre, c’est le lent dépérissement d’un Empire qui en un siècle, à l’heure des Renaissances, s’était bâti de manière aventureuse et aventurière sur tous les outre-mer et que l’on voit ensuite, rentier, s’étioler pour sombrer au 20ème siècle dans l’archaïsme autoritaire de l’Estado Novo de Salazar. La Révolution des Œillets réveilla le malade qui quitta la chambre. Nous en fûmes aussi réveillés, découvrant un Portugal au-delà des fameux trois F : Fado, Fatima, Futbol.

L’amarrage à l’Europe institutionnelle ferait le reste, pensions-nous. Il en a été quelque peu autrement. Mais au-delà (et en deça) des difficultés financières et économiques - qui seront d’ailleurs bientôt la règle de l’Europe institutionnelle tout entière - il y a un peuple, une culture auxquels nous voulons offrir l’occasion de se présenter aux Nantais, sans agence de notation au coin du bois, comme partie de notre patrimoine européen, donc trésor et fardeau tout à la fois.

Cet olhar, ce regard porté sur un pays qui se considéra longtemps comme un « radeau accroché au bout de l’Europe » , nous l’avons voulu, comme toujours large, incluant l’ensemble des modes de vie et de penser, empreint de sympathie et critique à  l’occasion. Mais un tableau dynamique, montrant comment des identités collectives se construisent, déconstruisent  et reconstruisent sans cesse par confrontation et/ou négociation interculturelle. On y verra donc quelque clins d'œil sur l’histoire de nos stéréotypes respectifs, français et portugais, ou  sur celle des relations longtemps de chiens de faïence avec l’Espagne, que nous contournons aussi par le coup de projecteur que le Centre Culturel Franco-Espagnol propose sur la Galice, beau Finistère cousin. Et nous n’oublierons pas l’idiome lusitanien, langue-monde, si présente dans les Amériques et Afrique en émergence.

Tout ce travail d’approche, puis de partage avec vous, que l’équipe du CCE  a réalisé avec beaucoup de plaisir, doit beaucoup à l’aide de la si vivante communauté portugaise de notre région et à sa représentante officielle, Madame Ribeiro, dont le consulat général à Nantes vient d’être fermé au 1er janvier par mesure d’économie, alors même qu’elle y réalisait un remarquable travail de promotion culturelle de son pays. Qu’elle soit assurée, comme ses compatriotes, que le CCE aura à cœur de ne pas oublier le Portugal à Nantes au-delà de ces Œillades portugaises.

Jean-Paul Barbe et Anne Plaud, Centre Culturel Européen

>> Programme des Oeillades portugaises

Commenter cet article