Tir de flashball, des nouvelles de Quentin Torselli

Publié le par CitiZen Nantes

7 avril 2015 - Nouvelles de Quentin Torselli (5)

Quentin vit maintenant avec une prothèse oculaire. Sa vie professionnelle est à reconstruire.
En novembre 2014, les blessés par la police, leurs familles, leurs proches, les collectifs et associations de soutien, se sont réunis à Montreuil afin de s'organiser pour ne plus se laisser faire et réagir face à la police et ont constitué l'Assemblée des blessés.

Le 19 mars 2015, l’Assemblée des blessés a été auditionnée par la Commission d’enquête parlementaire sur le maintien de l’ordre en manifestation, présidée par Noël Mamère.

Le 21 mars 2015, nous apprenions que la Procureure de la République de Nantes, Brigitte Lamy, classait sans suite la plainte déposée par Quentin, car « l’examen de cette procédure ne justifie pas de poursuite pénale au motif que : les faits ou les circonstances des faits dont vous vous êtes plaints n’ont pu être clairement établis par l’enquête. Les preuves ne sont donc pas suffisantes pour que l’affaire soit jugée par un tribunal ».

Plus d’un an d’enquête, menée par l’IGPN de Rennes, pour aboutir au fait que Quentin s’est sans doute tiré un coup de flashball dans l’œil tout seul, comme un grand. Quid des vidéos et des témoignages accablants pour la police ????? Le combat judiciaire commence.

Le 2 avril 2015, Jean-Yves Césaire, le policier qui avait tiré sur Geoffrey Tidjani à Montreuil en 2010 alors qui participait à un blocus devant un lycée, a été condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny à un an de prison avec sursis, deux ans d’interdiction de port d’arme et surtout un an d’interdiction d’exercer pour violences volontaires aggravées et faux et usage de faux. Voir ci-dessous.

N. Torselli

4 juin 2014 - Nouvelles de Quentin Torselli (4)

Aujourd’hui Quentin attend toujours la mise en place d’une prothèse de globe oculaire. Cette opération était prévue ce matin mais elle été annulée hier par le CHU, sans date proposée pour l’instant. L’attente reprend donc… C’est un peu difficile et pas bon pour le moral.

L’enquête menée par l’IGPN de Rennes touche à sa fin. Nous n’en savons pas beaucoup plus pour l’instant et attendons la suite.

Vous êtes invités à signer la Déclaration commune sur l'armement de la police, une campagne d'opinion urgente et importante lancée ce 1er juin 2014.

Vous pouvez signer directement par internet et vous pouvez partager cet appel avec vos contacts. Même si vous ne vous sentez pas personnellement concerné, vos enfants ou vos petits enfants le seront peut être un jour. Ce qui est en jeu ici, c’est tout simplement le droit de manifester pacifiquement son opposition à un projet, ou son soutien à un autre, quel qu’il soit, sans risquer de perdre un œil ou la vie sous les tirs d’une police de plus en plus militarisée et violente. Merci d'avance pour votre solidarité.

Merci à vous, famille Torselli et Julie Gautier

4 avril 2014 - Nouvelles de Quentin Torselli (3)

La santé : 6 semaines après le choc, Quentin se remet doucement en attendant la prochaine opération (mise en place d’une prothèse de globe oculaire) qui devrait avoir lieu en mai. Ses journées sont rythmées par les 3 visites quotidiennes de l’infirmier. Il reprend peu à peu pied dans la vie et apprend la patience…

Le moral : Nous essayons tous de rester positifs, la vie continue et elle est belle malgré tout (ça s’appelle aussi la méthode Coué).

La justice : L’enquête suit son cours. L’ IGPN interroge les témoins. A ce sujet, il faut dire que jusqu’ici les contacts que Quentin a eus avec les enquêteurs ont été corrects. Nous espérons fortement que ça continuera ainsi. Nous ne voulons pas (encore ?) céder à la tentation du « tous pourris » et avons choisi de faire confiance à notre avocat et plus largement aux institutions et à la justice de notre pays.

C’est une attitude volontairement positive qui peut sembler naïve mais qui, pour l’instant est la meilleure pour notre moral à tous. Les nouvelles de ce vendredi 4 avril concernant une affaire similaire nous encouragent en ce sens. Voir les liens suivants :

Ceci ne nous empêche évidemment pas de rester lucides, de dénoncer, de témoigner, de refuser, de nous informer, de raconter, de nous révolter, de ne pas accepter, de crier, et de nous unir aux autres victimes de ces tirs honteux pour que les choses changent.

Nous ne nous arrêtons pas au débat « pour » ou « contre » l’aéroport de Notre Dame des Landes, les choses sont plus graves, c’est plus largement de démocratie en danger qu’il s’agit.

Pour étayer ces derniers propos, une vidéo de l’agression de Quentin et des instants qui ont suivi. Attention, ce que vous allez voir est violent et choquant.

Cette vidéo a été réalisée et commentée par le photographe Yves Monteil, lui aussi atteint par un tir de Flash ball ce jour-là.

Il est important que cette vidéo soit partagée le plus largement possible afin que le comportement de ces policiers, ce jour là, à cet endroit là soit connu et dénoncé.

Autres liens intéressants

Faut-il aller manifester pacifiquement casqués ? (La parisienne libérée/Médiapart)

Merci de votre attention, Quentin Torselli et sa famille

5 mars 2014 - Nouvelles de Quentin Torselli (2)

La santé : L’opération d’hier s’est bien passée. Les multiples fractures ont été soignées, tout doit se consolider maintenant. C’est très douloureux pour l’instant. Soins infirmiers 3 fois par jour pendant 15 jours pour l’œil. ITT (Interruption Temporaire de Travail) jusqu’au 4 avril.

Le moral : Sans commentaire pour l’instant.

La justice : Quentin a déposé plainte le 27 février dernier.

La presse : Un bel article dans le Canard enchaîné du 05/03 : "Le nouvel aéroport coûte les yeux de la tête"

Tir de flashball, des nouvelles de Quentin Torselli

Un lien qui fait du bien. Le billet de François Morel du 28/02 : "Notre-Dame des buldozzers"

Et un autre lien qui dit les choses : Appel aux blessé-e-s de la manifestation du 22 février 2014

Les témoignages

Quentin n’a pas été le seul blessé. Ils sont nombreux parmi les manifestants pacifiques et les badauds. Les plaintes affluent. Voici ce que raconte une jeune fille qui était aux côtés de Quentin :

Le 22 février 2014 à Nantes, aux alentours de 18h. Entre la rue Felix Eboué et l’allée de l’Ile Gloriette.

Nous étions en train de reculer face aux forces de l’ordre (à une cinquantaine de mètres) quand j’ai vu Quentin à terre. Quatre, cinq personnes, dont moi, ont accouru vers lui pour lui porter secours.

Quentin était touché à l’œil, conscient mais incapable de marcher ni même de se lever. (Quentin avait le visage découvert).

Quentin, haut bleu-marine,  jean bleu-clair et chaussures marron-clair se plie en deux. Il vient d'être touché par un tir de Flashball (LBD 40)

Quentin, haut bleu-marine, jean bleu-clair et chaussures marron-clair se plie en deux. Il vient d'être touché par un tir de Flashball (LBD 40)

Ensemble, nous l’avons porté pour le mettre à l’abri, plus loin. Les CRS continuaient d’avancer vers nous, ils se sont approchés très vite. Des lacrymogènes continuaient à être lancés tout près de Quentin. Il nous a donc fallu l’éloigner à nouveau. Nous l’avons alors amené dans une rue perpendiculaire, beaucoup plus calme, rue Deurbroucq où, jusqu’alors, aucun manifestant ne se trouvait. Pensant avoir trouvé un endroit calme, nous le reposons au sol. A ce moment, l’un d’entre nous a appelé les pompiers.

Cependant, et contre toute attente, un rang de CRS et un camion anti-émeute, nous ont suivi. Ils arrivaient donc à nouveau dans notre direction. Les mains couvertes du sang de Quentin, je me suis alors avancée vers eux, doucement, le visage découvert et les mains en l’air pour leur faire signe d’arrêter. J’étais à quelques mètres d’eux et ils me voyaient. Ils ont visé le canon à eau sur moi et ont tiré.

Tir de flashball, des nouvelles de Quentin Torselli

Après avoir été transporté une 1ère fois dans cette rue Deurbroucq, Quentin, derrière les manifestants qui lèvent les mains devra être transporté une 2e fois jusqu'au quai de Tourville puisque les CRS aspergent le groupe...

Pendant ce temps, le reste du groupe avait à nouveau déplacé Quentin, cette fois-ci jusque dans un parking souterrain ouvert. Nous restons auprès de lui un long moment en essayant de le rassurer. C’est à ce moment que j’ai pris conscience de la gravité de sa blessure.

Un camion pompier arrive Quai de Tourville. Nous remontons Quentin dans la rue.
Les pompiers ne sortent pas immédiatement de leur camion. Ils demandent à tout le monde de se disperser.

Comme je tenais Quentin dans mes bras, je suis la seule à rester avec lui, au milieu de la rue. J’ai alors gardé Quentin dans mes bras un temps qui me semble être une éternité. Les pompiers ont mis beaucoup de temps à intervenir. Le brancard ne semblait pas être disponible. Ils semblaient aussi avoir peur de nous. Les pompiers se collaient à moi et à Quentin pour se protéger d’une « éventuelle » agression…

Enfin, ils ont amené une couverture de survie, enfin ils ont sorti un brancard, enfin ils l’ont emmené.

Pour terminer : encore et encore merci à vous tous, ça nous fait du bien de vous sentir près de nous. Le combat ne fait que commencer, nous voulons que les choses soient dites, soient sues. N’hésitez donc pas à transmettre ce mail.

Bien amicalement, Famille Torselli

28/02/14 - Nouvelles de Quentin Torselli (1)

Bonjour à tous, et merci de l’intérêt que vous portez à Quentin. Voici de ses nouvelles :

La santé : Quentin est sorti récemment de l'hôpital pour quelques jours avant d'y retourner mardi (04/03) pour y être opéré à nouveau. Il a le nez brisé ainsi que des os qui entourent l'œil perdu. Il faut consolider tout ça avec des plaques, etc... Il est très bien suivi au CHU de Nantes. Il souffre beaucoup, est très fatigué et encore sous le choc. Mais il est très courageux.

Nous sommes un peu plus au calme maintenant que l’aspect médiatisation de l’affaire se termine.

Le combat judiciaire : Il va commencer. Quentin a déposé plainte hier. Les témoignages abondent et tous concordent quant à la violence extrême et injustifiée des forces de l’ordre.

Allez sur ma page FB, les liens et les vidéos sont nombreux et parlants. Ou bien tapez « Quentin blessé à Nantes » sur Google et vous serez servis !

Il est important de dire que Quentin n’est pas un casseur et qu’il n’était ni armé, ni cagoulé ni casqué ni même équipé de protections et qu’il venait simplement manifester pacifiquement et tranquillement sa désapprobation à ce projet d’aéroport.

Nous sommes tous très fatigués, KO debout, choqués par la violence de cette histoire.

Merci de votre soutien. Nous sommes très sollicités et n’avons pas le temps matériel de répondre à chacun, c’est le pourquoi de ce mail un peu générique mais qui nous permet de rester en lien avec vous. N’hésitez pas à le transmettre à tous ceux qui vous demandent de ses nouvelles.

Amicalement, famille Torselli

Publié dans Nantes, Flashball

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article