Souscription pour une viticulture en traction animale

Publié le par CitiZen Nantes

L’homme

Rémi Sédès a 35 ans. Après un passage de quelques années dans le monde de la musique en tant qu'accordéoniste à Lille, il rencontre la vigne en 2004 lors de vendanges dans le Bordelais. A partir de ce jour, naît une véritable passion. Il quitte alors Lille pour rejoindre la région bordelaise et faire ses armes de futur vigneron.

Rémi a travaillé comme ouvrier viticole dans différents domaines : à St Emilion, à Fronsac, en Côtes de Francs, en Entre Deux Mers... Petit à petit son désir de « faire son vin » s’est développé au gré de ses expériences, rencontres, dégustations et lectures.

remi-sedes_viticulture.jpg

En 2010, il rejoint sa belle dans la région de Nantes et découvre ainsi la diversité des Vins de Loire et la richesse du Muscadet. Il y découvre également la viticulture biologique et la biodynamie, qui changent radicalement sa manière de penser le travail de vigneron, tant sur le travail de la terre que sur le travail de vinification.

Il y découvre aussi un réseau de vignerons biologiques, où les notions de solidarité, de préservation d’une identité de terroir, de protection de l’environnement et de production de vins de qualité sont au cœur de la démarche.

Rémi continue alors son « chemin initiatique » dans le réseau du GAB 44 (Groupement des Agriculteurs Biologiques de Loire-Atlantique), où il rencontre plusieurs grandes figures de vignerons du Muscadet (Guy Bossard, Jo Landron, Vincent Caillé, Jacques Carroget…) et travaille ainsi chez Vincent Caillé à Monnières.

Dans ses recherches, il découvre la traction animale et décide de s’y former : c’est ainsi, qu’en 2011, il entreprend une formation en Creuse auprès de Frédéric Carlier, du label « Trait d’avenir ». Il y découvre une nouvelle passion, celle du cheval percheron, qui vient compléter son projet d’installation. L'approche en douceur du cheval prônée par Frédéric Carlier séduit particulièrement Rémi.

En 2012, il achète sa jument, qui donnera naissance à une pouliche. Quelques mois plus tard, Rémi devient le papa de son premier enfant, Noé, il n’a qu’une idée en tête : trouver des vignes et faire son propre vin en traction animale. Il en parle alors autour de lui, plusieurs pistes se dessinent, le projet continue à mûrir jusqu’à la proposition de Jacques Carroget.

Le terroir

Jacques et Agnès Carroget, vignerons à Anetz proposent alors à Rémi de travailler son vin en l'installant sur 2 hectares et demi de Gamay rouge en appellation « Coteaux d'Ancenis ». Les vignes sont situées sur la parcelle des « Planty du Roty », commune de St Herblon, située entre Ancenis et Varades (Loire-Atlantique). Elles sont plantées sur un sol granitique qui offre un terroir de grande qualité. Ces jeunes vignes, âgées de 15 ans, sont exposées sur un versant sud, ce qui permet une exposition optimale au soleil et au vent. Elles sont cultivées en agriculture biologique depuis plusieurs années.

remi-sedes_carte.jpgCliquez sur la carte pour l'agrandir

L’animal

Tocade des Forges est une jument percheronne de 6 ans, à robe grise. Elle est née à l'élevage des Forges dans l'Orne et a été élevée en Creuse chez Frédéric Carlier du Label « Trait d'Avenir ». C'est lui qui l'a formée au travail de la terre dans des conditions d’écoute et d’équilibre entre l’homme, l’animal et leur environnement. De type Trait, Tocade est toute en douceur et en puissance, elle correspond de ce fait, parfaitement au travail de la vigne. Elle a donné naissance en avril 2012 à une pouliche à robe grise, prénommée Céleste Choléna, qui a hérité des qualités de sa mère et de son père Saumur de la Croix. Toutes deux sont répertoriées aux Haras nationaux et à la Société hippique percheronne, elles contribuent à la sauvegarde des compétences de la race percheronne.

remi-sedes_cheval.jpg

La philosophie du projet

Dans un premier temps, le projet est de cultiver la vigne en traction animale selon le cahier des charges de l'agriculture biologique, c'est à dire sans désherbant ni chimie pour la protection de la plante.

A terme, l'objectif est d'arriver à :

− Zéro carbone en adhérant au label « trait d'avenir »

− Aller au plus près d’une viticulture et d’un mode de vie en auto-suffisance

− Produire un vin le plus naturel possible

− Envisager la polyculture (légumes, céréales).

La philosophie qui sous-tend le projet de Rémi est de travailler le vivant avec du vivant, afin de développer dans un environnement donné une agriculture locale responsable, tout cela dans le respect de la terre, de l’environnement, pour un retour à une philosophie d’équilibre entre un homme, un animal et un terroir.

Il s'agit de produire de la richesse par le travail de la terre et non de l'exploiter, d'être à son écoute, ce qui impose une remise en question dynamique permanente dans les méthodes de travail. Le travail du sol étant un élément essentiel de la viticulture, travailler le sol à cheval permet de mieux sentir la terre.

 C'est à dire considérer la terre comme un organisme vivant à nourrir et à soigner, et travailler sur la pérennité de la plante pour aller vers un rendu qualitatif, et non pas simplement quantitatif, comme l'a trop encouragé l'agriculture productiviste. Finalement, travailler et produire à dimension humaine, car on voit bien les limites de trop grandes exploitations.

Sa finalité n'est pas seulement de travailler pour gagner sa vie mais également de faire émerger des solutions locales quant à l'agriculture et de les partager avec d'autres.

Il souhaite ainsi pouvoir se réapproprier des savoirs faire anciens en traction animale, retrouver les richesses de la culture attelée et savoir les adapter au contexte local, dans l'idée d'une performance au service d'une production de qualité. En cela il adhère à la pensée de Frédéric Carlier : « Nous cherchons par notre élevage, à perpétuer les efforts de sélection des anciens pour maintenir et toujours améliorer les capacités physiques et intellectuelles de nos chevaux paysans. ».

Appel à soutien

Pour réaliser ce beau projet, nous faisons appel à nos réseaux, car les moyens financiers de Rémi sont limités et même si les besoins en trésorerie sont peu importants, ils sont néanmoins réels. Ainsi si vous souhaitez aider Rémi dans son installation, nous vous proposons d'acquérir le nombre de bouteilles que vous souhaitez au prix spécial souscription en promesse de la récolte des vendanges 2013.

Il suffit pour cela de renvoyer un message de souscription (adresse ci-dessous) avec le nombre de bouteilles que vous souhaitez, de nous le renvoyer par voie postale accompagné d'un chèque du montant correspondant. Nous vous renverrons alors un reçu mentionnant le nombre de bouteilles qui vous serons mises à disposition après la vinification des vendanges 2013, à partir du printemps 2014.

De plus, nous organiserons un week-end « 1ères vendanges » pour les proches qui souhaiteraient venir donner un coup de main dans la bonne humeur. Si vous souhaitez être parmi nous à cette occasion, merci de nous le signifier afin de vous informer des dates exactes (septembre/octobre) quand le ban des vendanges sera publié selon les données de la météo et de la maturité du raisin du millésime.

En vous remerciant par avance du soutien apporté au projet de Rémi. 

Véronique Huqueleux

Souscription pour une viticulture en traction animale

à envoyer à : Rémi Sédès / Véronique Huqueleux - 94, rue Jean Fraix 44400 Rezé

en indiquant le nombre de bouteilles souhaitées (prix unitaire 5 euros)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article