"Senior's not dead" : Retour sur la projection de "Birnbaum"

Publié le par CitiZen Nantes

Birnbaum"Birnbaum joue sur  les clichés et la vision que se créent les jeunes de la vieillesse".

Le mercredi 2 juin, s’est déroulé un débat public (1) sur les solidarités et fossés intergénérationnels  "Seniors not dead". Le jeune réalisateur allemand, Ronald Scharf, est venu nous présenter "Birnbaum" (le poirier), son court-métrage…

Birnbaum nous amène dans un voyage dans le temps accéléré. En effet, il met en scène un jeune couple, Bruno et Frida, qui semble vivre une vie paisible au plus près de la nature. Mais très vite, le malaise se crée quand on découvre la fascination du jeune homme pour la mort. Il passe son temps à admirer des fruits qui moisissent très rapidement à cause des escargots qui les grignotent, "tout vieillit plus vite là où ils vivent". Il semble admiratif de l’usure du temps, à tel point qu’il ne regarde plus que ça. Frida, qui semble d’abord effrayée va, par amour, trouver le moyen de s’accorder à son conjoint pour rester près de lui jusqu’au bout. S’en suit alors une imitation volontaire d’accélération du vieillissement du jeune couple…

À travers ce film, Ronald Scharf soulève de nombreuses questions. Il voulait parler de la mort mais ne pouvait pas le faire sans évoquer la vieillesse. Birnbaum joue sur  les clichés et la vision que se créent les jeunes de la vieillesse. Le contraste entre la vie et la mort, entre la nature omniprésente avec les fruits qui poussent et le couple qui se dirige volontairement vers la mort, tend à mettre en avant le fossé intergénérationnel qui persiste dans nos sociétés. La vieillesse est à tel point assimilée à la mort qu’elle est fréquemment rejetée par tous ceux qui veulent être animés par la "vie". Ce film joue donc à la fois sur l’imaginaire et les clichés, mais également sur des faits de société bien réels.

"Birnbaum" laisse également une grande place aux sentiments. Jusqu’où est-on prêt à aller par amour ? Comment s’accorder à l’autre quand notre état n’est pas le même ? Au départ, Frida et Bruno ont des émotions différentes, quand Frida veut profiter d’un bon repas et être regardée par son homme, celui-ci se renferme et se prépare à sa propre mort. Frida choisira finalement d’adopter la même démarche que Bruno pour rester soudée à lui jusqu’au bout. Cela soulève bien les problématiques d’un couple qui vieillit et qui ne veut pas être séparé. Quelles solutions trouver pour  rester ensemble ? Comment envisager que l’un des deux parte avant ?

Des repas bien garnis, des déguisements, des beaux paysages…Le film est structuré de telle sorte que la mort est évoquée avec beaucoup de légèreté. Ronald Scharf affirme d’ailleurs que "Peu de films traitent ce sujet et ceux qui le font le racontent toujours de la même manière". Le réalisateur semble vouloir rendre une vision de la mort plus simple et moins lugubre que celle ancrée dans nos sociétés.

En Allemagne, Birnbaum a été récompensé "meilleur court-métrage de janvier 2009"…

Pauline Lo-re. 4 juin 2010 

(1) Organisé par le Journal Europa à l'occasion de son 25ème numéro "Seniors Not Dead". Projection suivie d'un débat  qui invitait les personnes de tous les âges à venir parler et se parler,  sur les solidarités et fossés intergénérationnels qui sera précédé de la projection du court-métrage "Birnbaum" réalisé par Ronald Scharf.

Publié dans Centre ville

Commenter cet article