Sans domicile, le syndicat CGT Aéroports du Grand Ouest bataille face à l'Etat et Vinci

Publié le par CitiZen Nantes

Retour sur l'action organisée le mardi 9 décembre 2014, devant l'aérogare de Nantes-Atlantique, par le syndicat CGT Aéroports du Grand Ouest, un syndicat sans domicile fixe...

" VINCI AGO et l’Etat l’ont bien compris ; le rassemblement des salariés au sein d’un syndicat multi professionnel CGT ne peut que contrarier les intérêts capitalistes des donneurs d’ordre et des sous traitants " - Extrait du tract à lire plus bas

Témoignage

Notre but était d'informer les salariés du site sur les difficultés rencontrées pour faire vivre ce syndicat interprofessionnel, Dès notre arrivée, la police de l'air et des frontières (PAF) a voulu nous faire dégager et, devant notre refus, un petit chef énervé nous a collé un PV.

Puis, plusieurs camarades sont arrivés des différents syndicats ainsi que des adhérents d'AGO (Aéroport du Grand Ouest) pour tracter à tour de rôle, soit une trentaine de personnes environ.  

La plupart des salariés que nous avons rencontrés étaient surpris qu'un syndicat comme le notre existe et n'ait pas de local pour fonctionner.

Le seul bémol est l'horaire, car nous avons vu peu de salariés, nous remettrons ça mais avec des horaires mieux ciblées.

Luis Robin

AGO-CGT-Nantes.jpg

Action de tractage devant l'aéroport de Nantes Atlantique le 09/12/2014

Le syndicat CGT Aéroports du Grand Ouest, Syndicat SDF !

Aujourd’hui, plus de 2000 salariés travaillent sur et pour la plateforme aéroportuaire de Nantes Atlantique, au sein de pas moins de 80 entreprises.

Si les employeurs sont variés, les salariés partagent des intérêts communs au sein d’une communauté de travail et en lien directs et indirects avec le même donneur d’ordre, VINCI CONCESSION.

Fort de ce constat, un syndicat multi professionnel de site, le syndicat CGT AGO c’est crée en 2011 afin de développer une activité syndicale de proximité pour la défense salariés.

Aujourd’hui, la CGT a des adhérents et des élus Délégués du Personnels dans les Commissions Exécutives dans plus de 20 entreprises.

Pourtant, la reconnaissance du syndicat CGT AGO par le patronat et les pouvoir publics est toujours compliquée : Refus d’attribution de local syndical, refus de création d’un Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) de site, menaces sur les délégués syndicaux, menaces et interdiction de tenir des réunions, de permanences, de tractage sur le parking du personnel.

La Préfecture, qui pourrait rendre possible l’attribution d’un local multi professionnelle, reste sourde à nos interprétations depuis des mois.

Nous ne pouvons plus accepter cette situation qui rend très difficile notre activité syndicale et notre déploiement dans l’intérêt des salariés.

VINCI AGO et l’Etat l’ont bien compris ; le rassemblement des salariés au sein d’un syndicat multi professionnel CGT ne peut que contrarier les intérêts capitalistes des donneurs d’ordre et des sous traitants.

Extrait du tract diffusé le 09/12/2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

savoir-medical 24/12/2014 20:18


c'était une action réussie