Peinture et musique avec Stéphane Cattanéo

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour du 28/11/2014
Le peintre Stéphane Cattanéo à la Paz en Bolivie

Vidéo du concert mémorable du duo Vincent Peirani & Emile Parisien avec le peintre Stéphane Cattaneo au Théâtre Municipal de La Paz en Bolivie dans le cadre du Festijazz 2014.
______________________________
17/08/2013
Performance de Stéphane Cattanéo avec Eric Kamau Grávátt et Dean Magraw - USA

________________________________________________________________
06/07/2013
Participer à un concert (1) est toujours une expérience enrichissante, surtout quand des musiciens de la trempe de Dean Magraw (guitares) et Eric Kamau Grávátt (batterie) se produisent en duo, et plus particulièrement encore lorsque ces deux gentlemen vous invitent à les rejoindre sous les feux de la rampe pour les accompagner aux pinceaux pendant deux de leurs morceaux.
trio-Bdog017.JPG
La chose s’était décidée la veille, formellement mise en place une demi-heure avant le début du set, et j’avais un méchant trac qui montait, qui montait. L’immense Moebius m’avait dit un jour, alors que je m’apprêtais à improviser devant un public pour la première fois de ma vie « Fais ce que tu sais faire, et tout se passera bien ». Soit. Je me répétais ce bon conseil comme un mantra, et lorsque mon tour fut venu de monter sur la scène j’étais décidé à l’appliquer à la lettre. Sauf que tout ne se passe jamais tout à fait comme vous le voulez dans ces circonstances, essentiellement parce qu’il s’agit d’inventer des formes et des couleurs en relation intime avec la musique que vous accompagnez, qui est elle-même très largement improvisée.

Si bien que le « fais ce que tu sais faire » se résume en un alphabet que vous êtes censés maîtriser afin de véhiculer une émotion nouvelle, qui s’exprime d’une manière inédite, et qui confère une vibration colorée se superposant et se fondant avec celles que les musiciens sont en train d’engendrer. Ça ne se passe jamais exactement comme vous voulez, donc, et vous vous découvrez parfois des ressources insoupçonnées. Comme celle de danser avec vos pinceaux par exemple, tandis que vous vous laissez embarquer sur une version haletante du titre de Charles Mingus « Goodbye Pork Pie Hat », ou d’appliquer vos couleurs les yeux fermés, en état de transe sur « Your Lady » de John Coltrane. Ce moment, précisément, fut le plus intense qu’il m’ait été donné de partager avec des musiciens…
trio-Bdog06.JPG
Eric a démarré le morceau en plaçant le tempo tandis que je me balançais sur scène, attendant le bon moment pour entrer dans la danse ; puis Dean a démarré, gentiment d’abord, déterminant une tonalité haute qui promettait l’ascension du volcan dont les deux compères étaient en train de déterminer la hauteur, avant d’enchaîner d’une manière rendue incandescente par l’utilisation des treize cordes de sa guitare/sitar électrique. Je me suis rendu compte qu’entretemps  j’avais moi-même mis en place le noir sur ma grande feuille de papier, et que j’étais prêt à appliquer le jaune, le rouge, le blanc, tout ce qui pouvait me passer entre les mains.

A partir de ce moment, ce fut un tourbillon dans lequel chacun joua sa partition solo au service des autres, nous entraînant mutuellement dans une exploration esthétique dont l’aspect physique, corporel, déterminait les limites. Je crois que chacun de nous cherchait à galvaniser les autres, et par l’intensité de notre implication, par la qualité de ce que nous offrions au public et à nous-mêmes, cette volonté d’être ensemble, cette euphorie dans la fusion, ce don envers la vie et l’art sans lequel elle n’est rien, nous avons offert plus qu’une consolation au monde. Nous l’avons ré-enchanté.
« Fais ce que tu sais faire », oui…
C’était mardi soir au Black Dog de St. Paul, Minnesota, ma dernière soirée aux USA, et l’une des plus importantes de ma vie.
Stéphane Cattanéo

(Merci à Sara Remke du Black Dog, sans l’amitié, la générosité et la simplicité de laquelle rien n’aurait été possible : see you very soon !)

(1) Dans le cadre du hotsummerjazz festival dans la salle du blackdogstpaul 

Photo 1 : Eric Kamau Grávátt à gauche et Dean Magraw à droite

Photo 2 : Stéphane Cattaneo

Publié dans Arts et culture

Commenter cet article