Open Data, l'exemple de la Saone-et-Loire

Publié le par CitiZen Nantes

"Il y a eu la révolution arabe grace à wikileaks, il y aura la 6e république grâce à l’open data" - Arnaud Montebourg

Décidément l'OpenData en général, et le Data-journalisme en particulier traversent Citizen Nantes. Suite à la formation d'extraction et de visualisation de données (dispensée par Dataveyes, à l'initiative de LiberTIC) et en vue du Barcamp Data journalisme (9&10 octobre) voici une vidéo rapportée par Claire Gallon de LiberTIC.  On y voit Pierre Martinerie Vice-président du Conseil général de Saône-et-Loire (le Président est Arnaud Montebourg) présenter brièvement l'ouverture (plateforme ouverte le 30 septembre 2011) des données dans son Département.

Pierre Martinerie Vice-président du Conseil général de Saône-et-Loire

 

En attendant la libération prochaine des données à Nantes + Métropole et au Département de Loire Atlantique, extrait de l'article de Claire Gallon :  L’ Open Data du CG71, ce qui va changer en France

Une ouverture totale

Le CG71 a décidé de publier toutes les données publiables dans le cadre de la loi, dont :

  • Les finances publiques avec arriéré de 10 ans
  • Les prestataires sur les marchés publics
  • La liste d’attribution des subventions
  • Les dépenses de l’administration
  • Les dettes et créances

Le CG71 est prêt à rendre compte de chacune de ses actions et dépenses. L’ambition est clairement affichée : lancer un mouvement de transparence sur la gestion publique en France. Une volonté politique inédite en la matière et qui devrait créer un précédant. Désormais si les autres collectivités ne sont pas transparentes sur ces sujets, à commencer par celles engagées dans l’open data, les citoyens seront en mesure de demander des comptes à leurs élus: pourquoi les citoyens de Saône et Loire ont accès aux comptes publiques et pas nous ?

A ce jour, seule la ville de Rennes a publié son budget en format ouvert. Et encore a-t-il fallu attendre un an d’open data pour voir apparaître ce fichier, alors que les données budgétaires sont déjà toutes largement diffusées en ligne sous format PDF. Cette volonté de simplification d’accès et de transparence est une validation (ou un blocage) purement politique. Or si les élus semblent prêts à développer le volet innovation de l’open data en mettant à disposition les horaires de bus ou les cartographies, le volet démocratique de l’open data n’avait jusque là jamais été développé en France. Les applications oui, le nez des citoyens dans la gestion des comptes… non.

Etant nous même partisans d’une vision globale de l’ouverture des données, avec ses volets innovation, démocratie et modernisation des services publics, cette ouverture est particulièrement enthousiasmante car elle élargit le cadre de l’open data jusque là bien trop restrictif.

Dommage cependant que malgré cette détermination politique le reste de la démarche du CG71 ne se prolonge pas dans les règles de l’art. Lire l'intégralité de l'article sur libertic.wordpress.com

Claire Gallon - LiberTIC

open-data-cg71.jpg

>> Voir aussi sur Citizen Nantes : Open-Data, journalisme et subventions

>> Et pour comprendre la portée de l'OpenData, voir ci-dessous la vidéo Open Government (en anglais) en attendant de voir la production issue du concours (LiberTIC) pour la Rédaction collaborative d’un scenario de film 2min sur l’Open Data

Open Government


Publié dans Médias et data

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article