Manifestation contre les violences policières samedi 1er novembre

Publié le par CitiZen Nantes

Appel à manifester samedi contre les violences policières - Rdv samedi 1er novembre, à 14h, devant la préfecture à Nantes.

Nous ne voulons pas que la mort de Rémi tombe dans l’oubli tout comme nous n’oublions pas les centaines d’autres mort.e.s et les inmombrables blessé.e.s sous les coups de la police, dans la rue, les commissariats, les prisons, aux frontières...

Nous appelons tous et toutes à construire ensemble une mobilisation d’ampleur afin d’exiger l’arrêt immédiat des meurtres et mutilations perpétrées par l’Etat. Nous souhaitons que de multiples formes d’expressions puissent converger. Durant cette manifestation, nous avons l’espoir qu’un temps soit consacré à la rencontre, aux échanges et aux témoignages sur les violences policières. Venez avec vos visuels, vos pancartes, affiches, slogans et toutes vos idées...

Depuis des années des collectifs alertent sur la dangerosité des armes dites « non létales » utilisées par la police. L’Etat tue et mutile parce qu’on le laisse faire. Nous avons le pouvoir d’arrêter ça. Stoppons le !

Combien faudra-t-il de mort.e.s pour que nous désarmions enfin la police. Vu les circonstances, nous demandons à Mr le préfet de s’engager à ne tuer et à ne mutiler personne samedi. note aux journalistes : Nous comptons sur vous pour relayer cette dernière requête au préfet.

Communiqué de presse des organisateurs-trices de la manif de samedi 1er novembre contre les violences policières :

manif_17-05_2014-16.jpgManif "anti-rep" du 17 mai 2014 à Nantes

_________________________________________

ZAD Testet :  Communiqué de presse suite à la mort de Rémi

Rémi, 21 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Sivens. Selon plusieurs témoignages convergents, il s'est écroulé à quelques mètres du camp retranché de la police, atteint par un tir au niveau de l'épaule, avant d'être immédiatement ramassé par la police. S'agissait-il d'un flash-ball ou, plus vraisemblablement, d'une grenade de désencerclement projetée à tir tendu ?

 Seule la police le sait qui, jusqu'à présent, occulte la vérité de diverses manières. Elle prétend qu'il n'y a pas eu de blessé-e-s parmi les opposants alors que l'équipe médicale de la coordination témoigne qu'il y en a eu de nombreux le samedi. La police affirme avoir «découvert un corps» dans la nuit en omettant de mentionner la violence des affrontements à ce moment-là (la préfecture a affirmé que les affrontements se seraient arrêtés vers 21h et omis de dire qu'ils ont repris de plus belle vers minuit). Elle prétend n'avoir pu venir sur place le dimanche pour lancer l'enquête (une fois le crime accompli, la police a brusquement quitté les lieux sans, jusqu'à ce jour, tenté d'y revenir).

Nous exigeons que toute la lumière soit faite au plus vite sur cet homicide, par respect pour Rémi, sa famille et ses ami-e-s. Nous souhaitons aussi que les responsables de ce drame soient poursuivis au plus tôt. Et pour nous, le responsable n'est pas seulement le robocop matricule xxx qui a appuyé sur la gâchette samedi soir –et encore moins Rémi. Il s'agit de savoir qui a construit cette situation de violence qui ne pouvait que tourner au drame.

Que faisaient donc les forces de l'ordre samedi au Testet, alors que le préfet s'était engagé à ne pas en poster pendant ce week-end, vu les milliers de militants attendus (7000)? Il n'y avait aucun ouvrier à protéger, ni aucune machine à défendre: la seule qui n'avait pas été évacuée le vendredi avait été brûlée le soir même. Pourquoi donc avoir posté 250 gendarmes mobiles et CRS armés de grenades et de flash-blalls pour garder un petit carré de terre entouré d'un fossé large de plusieurs mètres? S'agissait-il de protéger les précieux grillages? Ou bien de générer de la tension et de faire de la provocation? Les autorités savaient très bien ce qui allait arriver en laissant un engin au Testet le vendredi et en y postant une armada le samedi.

A l'heure actuelle où l'inanité du projet de barrage au Testet apparaît au grand jour, à l'heure où tous les mensonges et conflits d'intérêts dénoncés par les opposants depuis des mois ont été confirmés par les investigations des journalistes (Le Monde 24/10 et le Figaro, 26/10) et le rapport des experts ministériels rendu public aujourd'hui, le président du Conseil général et le Préfet du Tarn n'ont plus aucun argument en faveur du barrage si ce n'est de monter en épingle la prétendue violence des opposants. Ils avaient donc besoin de violence samedi. Ils l'ont provoquée. Elle a coûté la vie à Rémi.

Nous sommes sous le choc et adressons nos plus sincères condoléances à ses proches.
La coordination du 25 octobre


PS: Nous exigeons d'ores et déjà qu'une seconde autopsie indépendante soit effectuée et avertissons la préfecture que si le corps n'était pas conservé de sorte à ce que cette contre-expertise soit possible, ce serait une preuve de plus que les autorités veulent cacher la vérité. Nous dénonçons les tentatives de salir la mémoire de Rémi en prétendant que les causes de sa mort seraient liées à son «alcoolémie» ou à sa «violence».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article