Municipales 2014 - les candidats répondent aux Cré’Alters

Publié le par CitiZen Nantes

20/03/2014 - Les Cré’Alters ont interpellé les candidats aux municipales 2014 sur leur engagement en faveur des « créateurs d’alternatives ». 4 candidat(e)s ont répondu à l’association… Découvrez leurs réponses.
_________________________________________________

Guy Croupy (Nantes ! A gauche toute) 

(...) Sur le fond des actions de terrain, une société de transition vers la sobriété doit prendre en main les questions essentielles que sont l’économie circulaire avec le recyclage des objets, la valorisation autre qu’énergétique qui a recours à l’incinération quand c’est pertinent, le développement des recycleries et des associations actrices comme Envie 44 ou Atao.

Lire la réponse intégrale

 

 

_________________________________________________
Hélène Defrance (Lutte Ouvrière. Le camp des travailleurs)

(...) En tant qu’élue, je soutiendrai bien sûr toutes les initiatives qui vont dans le sens de la défense des intérêts de la population, mais s’il suffisait de «planter des choux» aux pieds des HLM pour changer la vie de ces habitants, ce serait simple... Pour «remettre en cause notre modèle de société», je reprends vos termes, il faudra de grands mouvements sociaux, comme en 36 ou 68 et même bien plus encore pour que cela change vraiment. Et ce qui manque aujourd’hui, c’est cette conscience là, que tout est possible, y compris changer la société, en s’appuyant sur la force que représente tous ceux qui la font marcher. C’est le sens de mon combat, faire avancer cette conscience là.

Lire la réponse intégrale
_________________________________________________

Réponse de Johanna Rolland (Nantes a de l'avenir)

Johanna-Rolland-Acteurs-environnement1.jpg

Suite

_________________________________________________

Réponse de Pascale Chiron (Liste écologiste et citoyenne)

_________________________________________________

04/03/2014 - Les Cré’Alters interpellent les candidats aux municipales 2014 sur leur engagement en faveur des « créateurs d’alternatives ».

L’association a pour objectif de valoriser, soutenir et mettre en relation les « créateurs d’alternatives », hommes et femmes aux idées originales et porteurs d’initiatives soutenant le développement durable et l’économie sociale et solidaire, en France comme dans différents endroits du globe.

Préambule

Planter des choux au pied de nos immeubles, récupérer des meubles et vêtements pour leur donner une seconde vie, monter une épicerie solidaire de quartier, favoriser les échanges locaux en créant sa propre monnaie, produire sa propre énergie...

Ces expériences n’ont plus rien d’anecdotiques, leurs nombres et leur diversité sont révélatrices de la capacité des citoyens à répondre à un besoin, à imaginer, créer, expérimenter des solutions nouvelles et locales.

Ces réalisations concrètes ont pour point commun de proposer des solutions innovantes répondant aux défis environnementaux, sociaux et économiques actuels. Ces alternatives soulignent une implication nouvelle des citoyens dans chacun des grands domaines de la société : l’agriculture, l’économie, l’éducation, la gestion de l’énergie... et mettent en valeur leur engagement en faveur d’un changement profond, durable et humain de nos sociétés.

Ces initiatives traduisent également la force des citoyens à s’organiser par eux mêmes, à expérimenter des méthodes originales de gouvernance (sociocratie, holacratie, élection sans candidat, prise de décision par consentement, etc.), et à se mettre en résonance (mouvement des Colibris, mouvement des Villes en Transition, réseau des Incroyables Comestibles,...).

Ces initiatives proposent pour la plupart des solutions innovantes que, ni le secteur privé ni les pouvoirs publics, n’ont su mettre en place. Ce sont le plus souvent des solutions simples et facilement reproductibles.

Nous considérons les créateurs d’alternatives, les acteurs engagés dans des initiatives citoyennes innovantes, comme des acteurs majeurs de la construction du territoire nantais pour les six années à venir. A ce titre, nous pensons que les collectivités locales ont un rôle important à jouer dans l’émergence et l’accompagnement de ces solutions locales et citoyennes.

Dans le cadre des élections municipales, l’association Les Cré’Alters invite les différents candidats à échanger et à se positionner sur ce phénomène d’émergence des initiatives citoyennes, en réagissant notamment aux préconisations formulées ci-dessous.

cre-alters_municipales2014.jpg

Préconisations

Propositions de l’association Les Cré’Alters en faveur des créateurs d’alternatives, acteurs engagés dans des initiatives citoyennes innovantes, et proposant de nouvelles manières de consommer, d’habiter, d’échanger, ou encore de se nourrir.

1. Accompagner sans encadrer.

Favoriser l’émergence d’initiatives citoyennes innovantes en respectant leur identité et leur indépendance. Soutenir l’empowerment. Trouver le juste dosage entre le soutien aux initiatives citoyennes et le libre développement de ces dernières. Refuser la captation institutionnelle de la vie citoyenne.

2. Donner des moyens concrets d’expérimentation.

Soutenir la mise en place de lieux de créativité, d’échanges, d’expression, d’expérimentation citoyenne au niveau local. Création d’une Maison des Alternatives. Augmentation des moyens matériels favorisant la naissance de ces initiatives : locaux et terrain notamment.

3. Favoriser de nouvelles formes d’entreprenariat citoyen.

Permettre l’émergence d’initiatives citoyennes en dehors du cadre associatif et de la subvention. Développer de nouvelles formes de solidarités locales : dons de savoir-­‐ faire, dons de temps, dons d’objets. Soutenir des outils comme le Banquet citoyen (cf Annexes) favorisant l’émergence de créateurs d’alternatives au niveau local.

4. S’appuyer sur l’expertise d’intermédiaires.

Soutenir des facilitateurs, des structures ressources, des interlocuteurs comme Cré’Alters. Faire confiance à des jeunes associations, reconnaître leurs expertises, leurs savoir-­‐faire, leurs connaissances des acteurs locaux.

5. Faire évoluer la législation actuelle.

Lever les freins juridiques (et / ou faire remonter au niveau national ou européen) qui ralentissent le développement d’initiatives citoyennes engagées dans des champs nouveaux : écoconstruction, lutte contre le gaspillage alimentaire, utilisation citoyenne et collective de l’espace public, etc.

6. Accompagner les changements de mentalités.

Contribuer à l’évolution des représentations liées à ces nouvelles pratiques. Faire connaître l’émergence de nouveaux métiers. Soutenir de nouvelles formes de sensibilisation et d’éducation telles que Délires de Faciès.

crealters-delire-facies.jpgLes Idéelles au sein de leur Garden’Koff un jardin partagé en pied d’immeubles à Malakoff - Projet Délires de faciès

Interpellations : "Si vous êtes élu-e-s"

Quelle importance et quels moyens accordez­‐vous à l’émergence d’alternatives citoyennes sur le territoire nantais ?

Quelle place et quels moyens consacrez-­‐vous à une association comme Cré’Alters ?

Quel crédit donnez-­‐vous à d’autres visions du développement ? Quel dialogue, quelles passerelles et quels travaux envisagez-­‐vous entre la collectivité et des alternatives citoyennes qui remettent en question notre modèle de société ?

Etes-­vous prêt à questionner le rapport de l’institution envers les initiatives citoyennes, étudier la liberté des citoyens à s’organiser et à agir dans la Cité avec ou sans la collectivité ?

>> L'intégralité du document au format pdf

>> Site des Cré'Alters

Publié dans Autres quartiers

Commenter cet article