"Le Pauvre Matelot" de Darius Milhaud. 16 & 17 juin

Publié le par CitiZen Nantes

 "La rencontre fatale de deux folies ordinaires". Christian Gangneron, metteur en scène

pauvre-matelot.jpg

"A tous ceux qui n’ont pas encore assisté au Pauvre Matelot, l’opéra de Darius Milhaud et Jean Cocteau… courrez aux dernières représentations ! Après 100 représentations dans les cafés, bars, mais aussi maisons d’arrêt et centres de détention de la Région des Pays de la Loire et plus de 5000 spectateurs emballés, la tournée du Pauvre Matelot s’achève à Nantes avec 3 ultimes représentations". Angers Nantes Opéra 11/06/10 Photo : © Jef Rabillon pour Angers Nantes Opéra

 

À l'initiative d'Angers Nantes Opéra. Dans les centres socio culturels : avec la complicité d’Athénor

Mercredi 16 juin à 15h. Centre socioculturel de Bellevue. 25, rue du Jamet. Nantes

Jeudi 17 juin à 15h. Centre socioculturel des  Bourderies. 2A, rue de Saint-Brévin. Nantes

et Jeudi 17 juin  2010 à 18h30. Bar le Chantenay. 33, Place Jean Macé. Nantes 

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

pauvre-matelot-bandeau.jpg

Un drame va se jouer dans un café, là, tout près de chez vous. Sans que vous le sachiez. Une femme de matelot attend son mari parti faire fortune, depuis longtemps, trop longtemps. Elle devrait bien épouser l’ami du mari comme le lui conseille son beau­père mais préfère attendre encore, espérer quand un matelot passe la porte. Un marin proche de son mari ? Bien plutôt un malentendu. Jean Cocteau et Darius Milhaud font le reste. En trois actes et quarante minutes, ils transforment un fait divers sanglant en fait divers poétique, font oublier l’agitation, le brouhaha du quotidien, pour que puisse s’entendre leur complainte lyrique.
 
Le Pauvre Matelot  de Darius Milhaud (1892-­1974)
 Ce fait­ divers dont Albert Camus fit sa pièce le Malentendu et dont Jean Cocteau et Darius Milhaud s’inspirèrent pour le Pauvre Matelot n’est peut­être guère plus qu’une légende, l’une de ces histoires que l’on se raconte dans la pénombre des cafés qui ouvrent sur les ports. Mais elle suffit à raviver les peurs de ceux qui vont au loin, à calmer les spéculations de ceux qui restent. L’amour qui se doit d’être patient brandit très souvent le spectre de la disparition de l’être aimé pour justifier la nostalgie dans laquelle il est tenté de se réfugier avant l’heure.
 
Toute l’habileté de Christian Gangneron, lorsqu’il met en scène ce spectacle en 1984, est d’avoir sorti cette ténébreuse affaire des scènes de théâtre pour la replacer dans son décor naturel, un simple café où, accompagnée d’un piano, l’histoire se chante pour les habitués du lieu avec la même véracité que si elle coulait des lèvres d’un conteur. Avec un succès jamais démenti, ce Pauvre Matelot au piano a été joué plus d’une centaine de fois en France depuis sa création. 
 
Vingt­ cinq ans plus tard, Christian Gangneron remet  en  scène  ce qu’il appelle "la rencontre fatale de deux folies ordinaires", celle d’une femme "installée dans la douleur de l’attente" et celle d’un homme "qui joue avec sa vie".

 

Le Pauvre Matelot
visuelpauvre-matelot.jpgLe sujet est simple …
 
Une femme est sans nouvelles depuis plusieurs années de son mari qui est marin. Malgré l’insistance de son beau­père, elle refuse de se remarier.
 
Le mari revient à l’improviste, il va tout d’abord chez un voisin qui le met au courant de la vertueuse attitude de sa femme et de sa misère ; le mari veut « voir son bonheur du dehors ».
 
Il se fait passer auprès de sa femme pour un ami de son mari, lui raconte que le malheureux est toujours prisonnier, qu’il est souffrant et sans argent, il lui confie qu’il a eu plus de chance et qu’il est très riche et lui demande de passer la nuit chez elle.
 
Elle accepte et le tue afin de « sauver son mari ». Le rideau tombe avant qu’elle ait pu se rendre compte de son erreur et de son crime.
Darius Milhaud.

 

Contact : Angers Nantes Opéra. Tél. : 02 41 36 76 53

 
 


Publié dans Autres quartiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article