La liberté d'expression en France ? Elle régresse

Publié le par CitiZen Nantes

La liberté d'expression en France ?  Elle régresse

En voyant l'humour des années 1975-1985, il m'apparait à présent que c'était en fait l'apogée de la liberté d'en rire. Elle s'est ensuite érodée dans les années 1990 pour commencer à chuter à partir du début du XXIe siècle.

Les coupables sont :

Un, la montée du Front National, d'où se moquer des racistes, comme Bedos, Coluche, Desproges ou De Caunes, devient de moins en moins drôle puisqu'on en voit et entend TOUS LES JOURS dans les médias dominants

Deux, le virage à droite du PS

Trois, le chômage de masse et la paupérisation des enfants de l'immigration africaine : se foutre de la gueule des 'noirs' façon Michel Leb, ou des 'arabes' fait moins rire car ces populations sont à présent clairement opprimées en France

Quatre, la régression sociale dans les lois, moquer les handicapés devient méchant quand l'Etat privatise la santé, réduit les pensions d'invalidité, rend la rue impraticable aux fauteuils roulants. Moquer les jeunes - un véritable racisme envers eux existait dans l'humour période gaulienne - devient une insulte à ceux qui vivront moins bien que leurs parents. Moquer les paysans, qui ont été tant caricaturés jusque sous Giscard, c'est plus drôle car ce sont les petits qu'on vise et ils crèvent économiquement en ce moment. Moquer les ouvriers ? Mais tous les jours les médias les écrasent par leur ultra-libéralisme, alors les humoristes les ont abandonnés, ils ont DISPARUS des médias et de la culture dominante.

Enfin, cinq, le triomphe du capitalisme le plus abject a fait disparaître l'humour anti pub, anti consumériste et anti-patron, mais aussi celui contre les gros émirs du pétrole, réduit aux Guignols. Alors QUE RESTE-IL ? Se moquer des fonctionnaires, en bon ultra-libéral, des femmes, en bon machiste, des sketches sur sa domestique, le ski à Mégêve ou le Scrabble. IMBÉCILES. Je vous écrirais des textes moquant tout azimut, car c'est toujours possible. Suffit juste d'être DE GAUCHE, à condition d'en avoir appris la culture et de savoir POURQUOI vous l'êtes.

Ah, mais y'a Iddir non ? Non, Iddir l'arabe algérien c'est le fils de Popek le juif du Sentier et ce ne sont pas des humoristes, eux, tout comme Zouk dans les années 1970, mais des tragédiens comiques, des philosophes de l'humain, des pantomines parlants, et pour tout dire, des poètes. Entre eux et ce que nous inflige la télévision aujourd'hui, il y a un VIDE sidéral.

Didier l'embrouille VS Elie et Dieudonné

Didier l'embrouille VS Elie et Dieudonné

Contextualisation de la vidéo (pour les plus jeunes) 

Au début des années 1990, Antoine De Caunes, dans l'émission Nulle Part Ailleurs, en prime time, à 20h, incarnait des rôles de provocateurs rebelles, parce que son père était un célèbre type de la télé bien réac de droite, tendance RPR.

Son pote et complice était Albert Algoud, farouche anticlérical et anticatho, parce que son père était un fasciste intégriste. Tous deux avaient de la ressource, donc, pour alimenter leur satire : il leur suffisait de se remémorer leur daron respectif ! A cette époque triomphe le duo Eli et Dieudonné, peu après les Inconnus, qui dominent les années 1980. Comme pour eux, la télé leur confie la création d'émissions entières. Les deux reflètent cette 'France plurielle' vantée par le Mitterrandisme. Il faut croire que c'étaient des arbres de rire cachant la forêt des trahisons politiques.

______________

Luis Rego la journée d'un fasciste


Deuxième exemple avec cette émission radio populaire sur la station la plus écoutée, France Inter, 'le Tribunal des flagrants délires', présidé par Claude Villers, avec comme procureur (accusation) Luis Rego et comme avocat (défense) Pierre Desproges. Son existence fut brève, car elle était dérangeante : de septembre 1980 à juin 1981, puis de septembre 1982 à juin 1983. A l'époque on ne filmait pas les émissions de radio, mais sous le président Mitterrand, on commença de le faire. Et lorsque, sur ses instructions, les grands médias reçurent vers 1983 l'ordre de passer Le Pen afin de diviser la droite, alors que son parti n'était - deux ans avant - qu'un minuscule repère d'anciens collabos vichystes et hitlériens, nervis de l'OAS et du GUD, de vieux maurassiens royalistes et de cathos antisémites ... ils s'exécutèrent mais Le Pen passa le plus sale quart d'heure médiatique de sa vie !

Et oui, vous avez bien vu les dates : il existait des humoristes de gauche sous Giscard (qui était de droite) et c'est la gauche qui les censure, avant de les réinstaller. Avec l'arrivée de Laurent Fabius comme Premier Ministre et le ralliement du PS au Marché, la position de Delors-Attali l'emporte sur celle de Maurois, elle jarte ! Aujourd'hui il est presque impossible, à part Bedos fils, de dire à la face de Marine le terme 'fasciste'. Or elle l'est. Enfin, sous le tyran Sarkozy, l'ex libertaire Val virera des ondes Didier Porte et Stéphane Guillon sur ordre .

Thierry Kruger

 

Publié dans Tribunes Libres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article