L'Alliance Noire Citoyenne exclue de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage à Paris

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour du 17 juin 2011

Reportage sur la commémoration de l'abolition de l'esclavage à Paris le "10 Mai" 2011. On y retrouve les images de l'Alliance Noire Citoyenne lors de leur expulsion du Jardin du Luxembourg. Voir la vidéo plus bas dans l'article.

6:11. Extrait de l'émission "13h15 - Mon oeil" sur France 2

 

brigade-anti-negrophobie-nantes.jpg

13 mai 2011

Des membres d'Alliance Noire Citoyenne portant des tee-shirt "Brigade Anti Négrophobie" (1) participaient dimanche 8 mai à la Marche des esclaves à Nantes.

Si cette Marche, "sinistre", de l'avis d'Octave Cestor -adjoint à la Mairie de Nantes-  s'est bien déroulée à Nantes, les tee-shirt étaient moins au goût des membres du protocole de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage le mardi "10 Mai" (journée officielle) à Paris.

Honte à eux qui se sont fait déborder par une police française  et autres CRS qui ont manu militari exclu les membres d'Alliance Noire Citoyenne reconnus pour leur non-violence. La vidéo brute ci-dessous fait honte à la France qui, en ce jour symbolique, souligne le fossé qui la sépare d'une digestion de son histoire.

La veille  Christiane Taubira faisait un discours poignant à Nantes où elle vantait une société apaisée et réconciliée. Inutile de dire que cette vidéo qui s'est propagée comme une trainée de données sur la toile nous fait retomber de sa vision pleine d'espoir. Yves Monteil

(1) La "brigade anti-négrophobie" ou "collectif anti-négrophobie" est une émanation de l'Alliance Noire Citoyenne, mouvement créé il y a 5 ans et qui s'est fait connaître en organisant en octobre dernier le boycott des magasins Guerlain des Champs-Elysées et des Galeries Lafayette.

Photo : Boh'm photos - La Brigade Anti Négrophobie lors de la Marche des esclaves. Nantes 8 mai 2011

>> Lire les commentaires

Paris : "L'envers du décor de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage"

11:43 Quand la "Négrophobie"  institutionnelle gangrène le "dit pays des Droits de l'Homme".

L’Alliance Noire Citoyenne tient à remercier l'état français qui, pour la première fois en cette date du 10 mai 2011, a adressé un message d'une infinie clarté à toute la communauté noire de France et du monde.

Ce 10 mai l'essentiel des projecteurs médiatico-politiques étaient braqués sur le trentenaire de la "Tonton-mania" plongeant dans l'obscurité la mémoire de dizaine et dizaine de millions de morts d'origine africaine broyés par les rouages de l'entreprise génocidaire que s'est révélée être la "Traite négrière".

Si l'état français nous avait "craché au visage" en nous insultant de "sales nègres" il n'aurait pas pu être plus méprisant que ce non dit institutionnel qui en dit long. Ce 10 mai 2011, comme à son habitude, l'ANC s'est efforcée de dénoncer pacifiquement cette mascarade de cérémonie officielle. Mais les faits démontrent qu'on nous a traité comme des terroristes. Alliance Noire Citoyenne

L'Alliance Noire Citoyenne expulsée de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage.  Extrait

Les militants, qui affirment être invités officiels de la cérémonie (ce que la sécurité ne dément à aucun moment), se voient empêchés d'y accéder en raison du message affiché sur leurs t-shirts. Dans un premier temps, la police leur annonce qu'ils vont devoir quitter les lieux. Puis, on leur demande d'enlever leurs t-shirts pour pouvoir assister à la cérémonie. Une femme en costume leur assure même qu'elle va les conduire à leurs places. Les militants commencent à obtempérer. Lire l'article sur societe.fluctuat.net

>> Autres articles relatifs à "La Commémoration du 10 Mai" à Nantes

Publié dans France & Monde

Commenter cet article

Frédéric 14/05/2011 13:38



Pour aller un peu plus loin que ce que j'ai marqué sur le site Résistance Inventerre et pour faire sutie à notre court échange de mail :


D'un point de vue de militant non-violent, cette vidéo est typique et intéressante, par rapport à il y a 30 ans (et moins) on voit bien que la police est formée aux techniques (plus ou moins)
non-violentes pour empêcher des militants non-violentes d'intervenir. Ainsi il y a un jeu entre la femme qui vient de dire c'est OK ils peuvent venir sans leur t shirt, ils acceptent, un début de
"soumission", ils baissent un peu leur énergie, les bras (sans aucun jugement j'aurais fait pareil) e tpuis là la police revient plus fortement (sans -trop- de violence) pour les repousser créant
un sentiment de paradoxe et d'incompréhension pour chacun et pour la dynamique de groupe , ils ne savent plus quoi faire face à ces propos opposés (un dit bon ben on remets nos tshirt alors), la
police les encadre et discute (pour ne rien dire, l'important étant de maintenir du dialogue pour que l'énergie ne passe pas dans la violence physique côté manifestants), ils les encerclent (un
policier signale à un autre qu'il va trop vite, est trop loin, qu'il faut les "serrer") et petit à petit "rippent" vers l'extérieur du lieu d'intervention, puis quand on est sorti (voix hors
d'atteinte du lieu officiel) d'autres gros bras (genre CRS ou gardes mobiles) prennent la relève, et bien que eux soient aussi très bien formés, il y a moins de complaisance et là le moindre
refus c'est clé et violence (on le voit bien en dehors du jardin cela commence à fritter) car là pas de pb si les manifestants deviennent violent on peut gazer et taper, "au pire" il y a une
(pseudo) justification : face à la "violence" des manifestants la violence policière devient "normale"


Comme quoi, compte tenu de la stratégie d’entourage et de sortie des forces de l’ordre, pour toute manifestation non-violente, il faut venir en nombreux petits groupes qui se succèdent et
occupent toutes les forces de l’ordre sans leur laisser l’initiative



Kruger44 13/05/2011 15:40



C'est vrai qu'à les voir en garde du corps autour de la petite fille de Malcom X j'ai un peu frémi. Mais je me suis dit qu'ils étaient dans la lignée des Black Panters, donc très
politiquement à gauche, et non pas de celle de l'inverse politique Kemi Seba, un national-racialiste proche des néo-fachistes français.

Donc c'est du politically correct regrettable du maire de Paris. Mais comme il a affirmé qu'il n'était pas socialiste, un mouvement très ancré à gauche de "noirs" ne peut que lui rappeler la
trahison du PS en 1984/85 qui a squizzé la Marche des Beurs (plus de 100000) en créant le très niaiseux "SOS racisme" qui s'est limité à faire des fêtes et repeindre les cages d'escalier !

Faire peur est la stratégie du faible au fort, et l'Homme "noir" a bien raison de jouer au "vilain" : c'est une réponse musclée aux attaques incessantes de l'UMP et au racisme délétère qui s'en
prend aux pas "blanc", aux nomades, aux pauvres, aux étrangers.

En déchirant le pacte républicain, la Nation une et indivisible, on a comme une "prémonition de la guerre civile" (dixit le tableau de Dali). En prenant encore une de ses oeuvres, on peut
comparer la politique délétère actuelle aux montres molles du maître : pressé par le temps électoral, leurs idées n'ont aucune fermeté, et dégoulinent plus que ne s'affirment


Thierry Kruger