Hier, j’ai rencontré Madame Desbassayns

Publié le par CitiZen Nantes

Depuis 11 mois, je vis à l’île de La Réunion. J’observe, j’écoute, je lis, j’erre où le hasard me guide, je pose beaucoup de questions, pour comprendre, pour chercher à comprendre.

J’avais jusqu’à hier (4 septembre 2014), refusé d’aller au musée de Villèle à Saint-Gilles-les-Hauts malgré les recommandations de Mohammed Aïssaoui l’auteur de mon livre de chevet « L’affaire de l’esclave Furcy »…

« Vas-y » me disait-il… «Tu vas découvrir des… choses ».

Des mois plus tard, j’arrive vers 16h30 sur un parking bien encombré…Tiens il y a foule. Je note que ça ferme à 17h30. Donc il me reste…une heure. Ça ira. Une autre pancarte en carton indique que le musée est « fermé » deux jours car il y a un tournage d’un documentaire. Mince. Tout ça pour rien. L’air de rien, je passe outre. On verra bien. Je rencontre un homme qui semble être le responsable des lieux. Il est débordé car il part bientôt en vacances. On échange pendant 10 intenses minutes et… Je gagne le droit aller voir ce tournage.

Silence on tourne, le réalisateur réunionnais William Cally est en mode « action » pour boucler un documentaire de 90mn sur Madame Desbassayns. Je flâne dans les jardins… J’admire un baobab majestueux quand sur ma gauche, je vois une statue. Au loin, on dirait une femme, comme celle qu’on peut voir sur un rond-point non loin de la rivière des pluies vers Gillot.

Je me rapproche sans bruit. C’est une statue en pierre. Je vois cette femme qui lit un livre épais. Tiens… ça doit être la Bible. A ses pieds un chien. Le soleil qui prépare sa descente noirci la matière. Je fais une photo, une deuxième, puis une autre au cas où. Et je m’interroge sur ce livre. J’hallucine. Oh mon dieu. Des lettres gravées me glacent le sang. Code Noir. Bon sang. Un sang impur abreuve mes sillons. Ma peau puis ma chair sont parcourues par un trouble rare. Kisa ka alé la a ?

J’interpelle en mimant, un technicien de plateau qui prenait sa pause « C’est qui ? » Et je comprends que c’est la maîtresse des lieux. Marie Anne Thérèse Ombline Desbassayns, née Gonneau-Montbrun, connue sous le nom de Madame Desbassayns, grande propriétaire foncière de l’île de La Réunion née le 3 juillet 1755 à Saint-Paul et morte le 4 février 1846. Esclavagiste.

Cette statue est horrible car elle est une insulte froide et vivante à l’humanité. Pire c’est un crime en cavale que j’ai du mal à avaler. En sus elle est récente. Je comprends que j’ai du mal à comprendre. L’un des livres les plus infectes au monde est gravé là comme ça en toute impunité. Comment est-ce possible ?

Je pense alors à #Furcy mon passager clandestin dont je partage le destin depuis mon arrivée ici.

Je pense à cet homme qui s’est battu pour sa liberté durant 27 longues années. Pour la savourer un beau 23 décembre 1847. Beau comme un 22 mai, un 27 mai, un 10 juin 1848.

Je consulte ma play-list et je chante une requête moderne… « liber nout Furcy dan nout lespri son zistwar i fo nout tout i koné lès pa li sonbré, i fo pa li fini dan loubli ,libèr nout Furcy bondié mèrsi ésplik a nou té kwé lor de Furcy… »

code-noir-reunion.jpg 

L’or de Furcy

27 ans de konba kom Madiba

27 ans de konba kom Mandela

pou onoré nou vé in monuman dan la kapital

rofrin:

liber nout Furcy dan nout lespri son zistwar i fo nout tout i koné

lès pa li sonbré, i fo pa li fini dan loubli ,libèr nout Furcy bondié mèrsi ésplik a nou té kwé lor de Furcy

kouplé1

Furcy té in vré bonom in kaf malbar, li té viyin de La Réunion pa du Canada nanv

la zol Sin ni li la ral dan’n vid pou fé plézir mésiyé Lori.

li la pa larg lo konba fiyèrté nout tout an’n dan la

marmay dwa konèt son zistwa,

kar nout zansèt té pa golwa.

Nou subi in blasfèm astèr nou vé konpran’n lo dilèm,

di ou iyèm kan nou koné pa listwar sé sa kou iyèm

san nout rasi’n nou vo pa la pin’n

trétans inumène lwa métropolitène.

diya nou ousa nou sort ,na konèt

ousa nou sava,

diya nou pou kwé nou porte in fardo lour koma la,

arèt manipul listwar a zot giz,

Furcy nous sommes tous tes fils

rofrin

kouplé 2

lor de furcy,té fé valwar pouk la mémwar i rèst, i sèrv, pou ke nou wa pou ke nou krwa an nou pouk nou lé fiyèr nou na lo dwa nou osi domoun kom zot nou pa zanimo,oté mounwar pa zot pou ésplik a nou kosa nou vo,nou pi nouvo, nou na santiman na santi lumiliyasiyon

zot la zwé a kash kash nou té koné pa kash kash

èk nout zistwar zot la pèrmèt a zot zwé kash kash.

Té pa kash kash Nicolas mé té kash kash Furcy.

Sur-ci lo kèr fin’n andirsi, lébon dié mèrsi

27 an de konba kom mandela pou onoré nou vé in moniman dan la kapital

rofrin:

kouplé3

libèr Furcy dan nout léspri lèss pa li sonbré,tir son zistwar dan’n fé nwar partaz son mémwar come from reunion island pou nou ou té gran, Furcy mèrsi pou sèk ou la fé, mèrsi bonpé

27 an de konba kom Mandela, pou onoré nou vé in moniman dan la kapital
Plus d’infos sur le sujet

Gilles Dégras

>> Voir aussi la rubrique sur "Spécial mémorial et abolition de l'esclavage"

Commenter cet article