Citizen Nantes, "une curieuse association" curieuse...

Publié le par CitiZen Nantes

Nous réagissons ici à la diffusion publique du "courrier de lecteur" de haute volée publié sur Facebook par Patrick Rodriguez, connu sur le réseau social Twitter (1) pour être un ardent défenseur de la construction de l'Aéroport du Grand Ouest. Citizen Nantes qui a régulièrement produit des contributions sur l'opposition citoyenne au projet n'est donc pas d'emblée dans son coeur. La réponse de l'un de ses contacts  donnent le ton :

Aéroport, Dieudonné et atelier audiovisuel

Dans son article, l'auteur fait référence au projet "Breil 2035", atelier audiovisuel et d'écriture d'un faux-journal, porté en ce moment par l'association éponyme, Citizen Nantes, en partenariat avec les jeunes de l'association Breil Jeunesse Solidarité. Il nous reproche de suivre le mouvement citoyen opposé à l'aéroport et aussi de défendre le droit pour Dieudonné à se produire à Nantes tout en animant des ateliers audiovisuels sans rapport avec ces sujets.

Il pose indirectement une question intéressante que l'on pourrait ainsi formuler : Est-ce qu'un média associatif et contributif qui publie des idées parfois différentes de ceux qui le financent peut, parallèlement, porter un projet d'animation d'ateliers audiovisuels et multimédia en direction des jeunes ?

Si le billet de notre lecteur est pertinent  dans la démarche d'échanges et de transparence, on vous laisse juge de la forme chevaleresque. Avant de rectifier certaines contre-vérités, lisez plutôt son écrit ci-dessous ou en ligne.


Une curieuse association

IMPORTANT !!
Je suppose que le jeune du Breil qui sera accueilli le Week-end prochain pour un "stage audiovisuel" aura à coeur à visiter la page FB de cette association qui dispensera cette action. 
Est-il normal qu'elle soit confiée à une organisation qui dénigre ici la Police en les traitant de "PlayMobil" sur cette page ou bien aussi de "Robocops" selon? 
Est-il normal qu'un certain "Y.M" soi disant fondateur, soutient sur Twitter l'opération des "Clowns au Carrefour du 31 Décembre"? 
Est-il normal que sur cette même page où il est question de ce "stage éducatif" auprès des jeunes, il y soit posté "une grosse quenelle à la Mairie de Nantes" suite à la prise de position du Maire sur le "Cas Dieudonné"? 
Notons que cette association est en partie financée par La région Pays de la Loire et Nantes-Métropole qui assurent les revenus de ce "Y.M" via un emploi d'avenir. Le stage initiatique de ce week-end au Breil malville a été rendu possible grâce au déblocage d'une réserve parlementaire de 3000€ d'un député de Loire-Atlantique. 
Ce week end l'ordre public risque d'être perturbé avec l'affaire du moment que l'on sait et que j'ai évoqué plus haut, ce n'est pas le moment d'exciter les jeunes de quartier en ce moment !
 

Patrick Rodriguez - 7 janvier 2014, 10:46

 

Droit de réponse

Question de vocabulaire

Outre le fait qu'il ne s'agit pas "d'un jeune du Breil" mais d'un groupe de jeunes, plusieurs choses étranges dans ce texte. Tout d'abord, on ne trouve pas sur notre page Facebook les mots - "Robocops" et "PlayMobil"- que nous aurions pu écrire pour "traiter" des forces de l'ordre ?  Sans doute est-ce dans un commentaire posté par des lecteurs sur des article ou des photos. Quand bien même ils seraient écrits par des citoyens opposés au projet de Notre Dame des Landes, en quoi ces mots seraient répréhensibles ?

Quoi qu'il en soit, nous l'avions déjà évoqué lors de nos voeux 2013, est-il possible, dans le strict cadre de la liberté d'expression, de s'emparer des arguments qui ne vont pas dans le sens de l'institution sans subir de pressions ? Celles de Patrick Rodriguez sont légitimes, c'est son avis, mais venant de techniciens et d'élus qui dénoncent, toujours à demi-mot, ce tabou de l'aéroport largement suivi sur Citizen Nantes, n'est-ce pas un problème ? On s'interroge.

Une histoire de clowns

Quant au compte personnel Twitter d'"YM" auquel il est fait référence, en l'occurence celui d'Yves Monteil, coordinateur de l'association Citizen Nantes l'auteur lui prête un soutien à "l'opération des Clowns au Carrefour du 31 Décembre". Des clowns avaient en effet  investis à Nantes un supermarché pour dénoncer la société de sur-consommation... De quel soutien parle t-il ?  Depuis quand relayer une information sur Twitter ferait à coup sûr de celui qui la publie un allié de ce qu'il poste ? Surtout dans une dynamique d'informer.

Et quand bien même, Yves Monteil ne pourrait-il pas personnellement avoir un avis sur la question des "Clowns dans un Carrefour" sur son compte, et les trouver sympathiques.  Les tweets n'engagent-ils pas que leur auteur ?

Bref il s'agit en fait simplement d'un communiqué de Ouest-France relayé sur le compte Twitter de l'asociation : 

Et commenté sur le compte perso d'Yves Monteil en réponse à Patrick Rodriguez qui s'offusquait  :

Le cas Dieudonné

Ensuite arrive l'épine du moment, Dieudonné,  amalgamé, allez savoir pourquoi, avec l'atelier "Breil 2035" (vidéo et faux-journal). Tout d'abord le titre citée : "Une grosse quenelle à la Mairie de Nantes" n'est pas le bon. Il s'agit en fait de "Quenelle spéciale à la ville de Nantes". C'est quand même plus distingué. Même si depuis, un autre lecteur, anonyme cette fois-ci, a qualifié l'auteur, Yves Monteil toujours, d'antisémite, sur Facebook  :

scipion.jpg

La "tribune libre" défend  l'idée qu'interdire l'humoriste n'est pas bonne tout en critiquant la position du Ministre de l'intérieur, de la Préfecture de Loire Atlantique et de la ville de Nantes. Mais voilà que publier cela serait incompatible avec un projet destiné à des jeunes sous peine de perturber l'ordre public ? Et notre auteur va plus loin dans un tweet  jusqu'à parler d'"endoctrinement" comparant nos intervenants extérieurs à des "Fous de Dieu". Ils apprécieront. Notons ici que les ateliers sont animés par des professionnels de l'audiovisuel et non par Yves Monteil :

Son comparse, Patrick Marmot, "observateur de la vie politique locale nantaise, UMPhobe" (c'est ainsi qu'il se présente sur Twitter) y va aussi de son insulte.

Un autre utilisateur de Twitter, délicat, pousse la chansonette jusqu'à voir en Citizen Nantes un média conspirationiste. Allons bon !

Emplois aidés et financements

On en arrive maintenant au coeur de la question posée plus haut. Est-ce qu'un média associatif et contributif qui publie des idées parfois différentes de ceux qui le financent peut parallèlement porter un projet d'animation d'ateliers audiovisuels et mulimédia en direction des jeunes ?

Nous sommes en effet en partie financé pour deux emplois aidés, dont l'un arrivera à échéance en juin de cette année. L'aide de l'autre emploi étant dégressive jusqu'en 2015. Les institutons qui financent sont respectivement le Conseil Général et  la Région Pays de la Loire + Nantes Métropole. Ceci a toujours été rendu public mais Patrick Rodriguez qui le découvre, s'agace.

Pour mener à bien ces ateliers l'association bénéficie aussi ponctuellement d'aide de la Mairie de Nantes et de la Préfecture de Loire Atlantique via le programme de Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) et pour cette année de la réserve parlementaire de François de Rugy, député Europe-Ecologie-Les-verts (EELV) de la circonscription où est né le média Citizen Nantes en 2007 (l'association fut créée en 2010)

Cette réserve longtemps opaque est donnée à tous les députés et sénateurs qui choisissent sans vraiment de règles de redistribuer à des associations. Ils soumettent et le Ministère du Travail valide et verse l'argent, 3000 euros (whaou !) en ce qui nous concerne. Notons d'ailleurs que François De Rugy est le premier Député à avoir diffuser sur son site à qui il reversait cet argent. Interpellé par nos contradicteurs il répond sur Twitter :

Qu'en pensent nos élus ?

Au-delà du caractère parfois affectif et passionné des réseaux sociaux, il nous semblait intéressant de vous livrer tout ceci et de poser clairement cette question aux candidats à la Mairie de Nantes et aux présidents de nos institutions. Est-ce qu'un média associatif et contributif qui publie des idées parfois différentes de ceux qui le financent peut parrallèlement porter un projet d'animation d'ateliers audiovisuels et mulimédia en direction des jeunes ?

Notre interlocuteur a déjà sa réponse et ce n'est pas rassurant :

Ou, formulé autrement : En quoi, au nom de l'Etat de droit et de la démocratie dont sont friands nos contradicteurs nous devrions n'aborder que des sujets consensuels ou reprendre les informations existantes dans les magazines institutionnels ou de quartier. Puisque ces points de vue sont déjà existants.

Nous sommes fiers de ce que nous faisons pour participer à cette pluralité d'opinions garante de la démocratie. Que faire alors ? Continuer sans argent public ou au contraire défendre l'idée que cet argent public est légitime.

Et aussi, bonne année !

L'équipe de Citizen Nantes et "Y.M", votre "gourou"

(1) L'auteur n'a plus, depuis quelques jours, de compte Twitter

Publié dans Tribunes Libres

Commenter cet article