Cinépride : 8e édition du festival de cinéma LGBT de Nantes au Katorza

Publié le par CitiZen Nantes

Du 11 au 17 mai, le Katorza et le Centre LGBT de Nantes présente la 8ème édition de Cinépride. Loin d’être un événement culturel dédié aux seuls membres de la communauté lesbienne, gay, bi et trans de la région nantaise, le festival se veut avant tout fédérateur et militant, s’inscrivant dans la lignée de la Journée Internationale de Lutte contre l’Homophobie, le 17 mai, ainsi que de la Marche des Fiertés de Nantes, le 21 mai.

  

affiche.JPG

Cette année encore, c’est une programmation très hétéroclite qui est proposée aux Nantais, curieux de mieux connaître la lutte contre les discriminations (Beyond Gay, Le Gai Tapant), ou les questions de genre (Fake Orgasm, Mutantes) mais aussi pour ceux souhaitant voir des fictions plus légères (Différent de qui, Big Gay Musical).

A travers ces films, les bénévoles du festival ont cherché à être représentatif de toutes les genres, de toutes les sexualités, pour la communauté LGBT… mais pas seulement. Laurent Delanuit, bénévole au centre LGBT de Nantes et membre de l’équipe organisatrice du festival nous en dit un peu plus :

 

Interview de Laurent Delanuit

3:11

Paradoxalement, Cécile Menanteau, directrice du Katorza et membre de l’équipe organisatrice du festival aimerait bien que Cinépride n’existe plus :

« On s’arrêtera quand il n’y aura plus d’homophobie »

Mais aujourd’hui encore, cette initiative semble plus que nécessaire, tant les discriminations sont encore bien présentes et que l’égalité des droits est loin d’être acquise. La portée militante du festival est primordiale, néanmoins, pas question d’être moins exigeant quant à la qualité de la sélection cinématographique, comme l’explique Cécile Menanteau et Marc Maesen, tous deux membres de Cinépride :

Cécile Menanteau et Marc Maesen

3:02

Avec une moyenne de 700 spectateurs à ces débuts, Cinépride a compté 2500 entrées lors de l’édition 2010, un score plus qu’honorable que l’équipe espère bien renouveler, avec toujours comme objectif de ne pas s’adresser qu’à un public LGBT. Et si certains s’imaginent qu’un festival estampillé LGBT enfermerait la communauté et sa culture, Laurent Delanuit sait quoi leur répondre : « Quand il y a un festival de cinéma russe, italien ou espagnol, on ne ghettoïse pas les russes, les italiens, ou les espagnols, on invite à découvrir leur culture. Là c’est la même chose, on invite à découvrir, à s’ouvrir l’esprit et à accepter des personnes qui sont différentes comme faisant partie de la société. »

Textes et vidéos : Maëlle Le Corre

clgbt.jpg

>>Programmation de Cinépride

>>Plus d'infos sur le Centre LGBT de Nantes

 

 

  >> Plus d'infos sur la Marche des Fiertés du 21 mai 2011

marche-fierte-nantes-2011.jpg

 

>> Plus d'infos sur la Journée Internationale contre l'Homophobie du 17 mai 2011

journee-internationale-contre-homophobie-2011.jpg

 

Publié dans Arts et culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article