Qui veut la peau du Député Jean-Jacob Bicep ?

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour 18/05/2014

Jean Jacob Bicep "Un candidat intègre, un homme vertical"

Jean Jacob Bicep "Un candidat intègre, un homme vertical"

________________________________

11/03/2014

Lettres de menace et manœuvres d’intimidation
Depuis mai 2013, l’entourage du Député euro-guadeloupéen est pollué par des messages.
Pourquoi EELV refuse de reconduire Jean-Jacob BICEP pour les élections européennes 2014 ?
Est-ce parce qu’il s’est attaqué aux Lobbys des bananes et des pesticides
?

Un lobby puissant veut la peau du Député EELV J.J Bicep - 1ère partie

Vidéo réalisée par Peter Lema. Nantes 09/03/2014

__________________________________________________________________

Nantes - 19/05/2013

Chronique d'un empoisonnement au chlordécone aux Antilles - Jean-Jacob Bicep

Dans le cadre de la conférence débat : « label mawon » organisé le  par le Collectif du 10 Mai le 27 avril à Nantes, Jean-Jacob Bicep, député européen EELVest intervenu sur le thème du chlordécone : permis d’empoisonner ?

Cette rencontre avait lieu en amont d'une semaine européenne sur les questions de l’esclavage, de la colonisation et des réparations qui se déroulait à Bruxelles du 13 au 17 mai 2013. Jean-Jacob Bicep est en effet à l’initiative de la demande d'une journée européenne de reconnaissance en faveur des victimes de la colonisation et de l’esclavage colonial.

Chronique d'un empoisonnement annoncé

Début de l'intervention à 3:53 - Chronique d'un empoisonnement annoncé aux Antilles par Orlanda Ribeiro - Citizen Nantes

Jean-Jacob Bicep

Député européen de la circonscription d’Ile de France,  naît le 23 février 1965 en Guadeloupe. Conseiller d’arrondissement et adjoint au maire du 20ème, il devient député européen le 16 mai 2012. Durant son déplacement  il visitera pour la première fois le mémorial de Nantes, et apportera par la même occasion tout son soutien à Notre Dame des Landes contre le projet de l’aéroport.

Les réparations liées à l'esclavage colonial

Il ne s’agit pas du prix du sang, du prix de la douleur, du prix du crime. Il s’agit bien des « héritages ». En 2001, la France reconnaît la traite et l’esclavage transatlantique comme Crime contre l’humanité. Avant même l’adoption de la Loi Taubira, l’article 5 parlant des réparations fut éjecté par la commission des lois qui en préparait le texte définitif : Ni Dominique Strauss-Khan (à l’époque Ministre des finances), ni Elisabeth Guigou (à l’époque Garde des sceaux) n’y étaient favorables. En 2011, lors des 10 ans de la Loi Taubira, année marquant aussi les 7èmes Journées des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, plusieurs organisations de la société civile faisaient à nouveau état de ce sujet. Le 29 Mai 2012 et le 8 octobre 2012, une délégation d’associations sera reçue à Matignon pour poser ce problème aux collaborateurs de Jean-Marc Ayrault (Premier Ministre français et ancien Maire de Nantes).

Le 08 janvier 2013 et avec le soutien de plusieurs associations, Rosita Destival (descendante de déportés africains réduits en esclavage), a décidé de porter une action en justice devant le Tribunal contre l’Etat français pour obtenir réparation du préjudice causé par l’asservissement d’un aïeul. Une première, destinée à faire pression sur l’Etat français pour qu’il constate les conséquences de la traite transatlantique et s’engage clairement à réparer.

Source : jeanjacobbicep.eelv.fr

__________________________________________

Pesticides : vers le risque zéro (1)

Les pesticides à la source d'un problème émergent de santé publique ? Une présomption de responsabilité des pesticides dans l'émergence de pathologies multiples. Des liens avérés

La chlordécone est un pesticide organochloré utilisé aux Antilles jusqu'au début des années 1990 contre le charançon du bananier. Ce produit phytosanitaire a causé une pollution persistante des sols et des eaux, avec des conséquences importantes en termes de santé publique, notamment en ce qui concerne les cancers de la prostate.

Lors de son audition, le sénateur Catherine Procaccia, rapporteur en 2007 aux côtés du député Jean-Yves Le Déaut pour l'Office Parlementaire des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) sur « Les pesticides aux Antilles : bilan et perspectives d'évolution », a indiqué avoir appris lors de cette étude que la chlordécone avait une incidence très importante sur le cancer de la prostate des Antillais. Certains hommes, qui n'avaient pourtant jamais été en contact avec ce produit, ont pu néanmoins développer des cancers en consommant des légumes comme la patate douce, l'igname, et autres légumes racines qui contiennent de la chlordécone.

La chlordécone a fait l'objet de nombreuses études scientifiques, mettant toutes en lumière sa toxicité neurologique et reproductive chez l'homme et l'animal. Ses propriétés de perturbation hormonale, notamment oestrogéniques, en font un perturbateur endocrinien.

Extrait du (1) rapport d'information n° 42 (2012-2013) de Mme Nicole Bonnefoy, fait au nom de la Mission commune d'information sur les pesticides, déposé le 10 octobre 2012. Disponible au format PDF

Publié dans France & Monde

Commenter cet article