A Nantes comme ailleurs, l'engagement associatif à bout de souffle

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour du 09/01/2015

Mercredi 21 janvier à 19h30,  dans les locaux de Pol'N, une soirée d'information et d'échange sur la situation des association en France dans le contexte économique et social actuel.

La soirée sera animée par un représentant du CAC National (Collectif des associations citoyennes).

POLN : 11 rue des Olivettes, Nantes

assos-nantes.jpg

________________________________

11/12/2014

«  Les associations qui n’ont pas de subventions semblent plus libres... La subvention n’est-elle pas plus un carcan qu’autre chose parfois ? » - Réunion du 24/11/2014

Commentaire sur la page Fb de Citizen Nantes

La subvention est bien évidemment un carcan et s'en défaire, c'est en effet se construire les moyens d'être libres de nos actes, de ne dépendre en rien du bon vouloir des institutions et d'échapper à leur sale manie de tout contrôler et de tout récupérer.
Je constate qu'il faut les toucher au porte-monnaie pour que certainEs réagissent et réalisent l'éphémère d'un mode d'action adoubé par les collectivités publiques, les logiques d'exploitation en vigueur (qui ne devraient pas avoir cour dans ce milieu!), et celles qui tendent à marchandiser les initiatives.
Des questions plus profondes devraient émerger à terme car s'il s'agit de se mobiliser pour maintenir la perf, m'est avis que ça ne sera que repousser l'échéance fatidique !

Sarra Nopas

emplois-associations-nantes.jpg

Signez l'appel  « Engagement associatif : Grande (Remise en) Cause Nationale » (à lire ci-dessous)

Les associations signataires au 11/12/2014

Afev, Europa, Ghetto Art, Dipp, Atelier des initiatives, DicoLSF, Le Monde des Barons Perchés, Les Cré'Alters, Takapres/LCP ChezNous, HANDISUP, TAMADI, Les Pieds dans le PAF, Kouakilariv', Citizen Nantes

______________________________

Le cri d'alarme du monde associatif - Presse Océan 22/11/2014

Cliquez pour agrandir

Presse-Ocean_associations_Nantes-copie-1.jpg

___________________________

16/11/2014

Appel : « Engagement associatif : Grande (Remise en) Cause Nationale »

Aujourd’hui, dans un contexte difficile, il n’est pas tous les jours simple de faire partie du monde associatif, pas vrai ?!

Au sein du collectif des associations de La Station (Atelier des initiatives, Afev, Dipp, Europa, Ghetto Art), nous nous sommes réunis au mois d’octobre pour échanger ensemble sur les situations de nos associations qui à nos yeux ne sont pas singulières, mais à l’image de nombreuse structures autour de nous, d’où l’envie de vous solliciter…

Fort du constat de fragilisation de plus en plus importante de nos associations, conséquences directes de la baisse des subventions publiques, des mesures d’austérité, nous nous questionnons sur les choix politiques et sur la place laissée à nos associations dans la société actuelle.

Pourtant au vue du climat social de ces dernières années, les associations ont toute leur place ! Au travers de nos projets associatifs respectifs nous innovons, nous participons à la vie du territoire, tant comme acteur de lien social, de solidarité, d’éducation, de culture, de loisirs… que comme acteur dans l’économie sociale et solidaire, soit plus de 57 000 personnes salariées de l'ESS en Loire Atlantique ! (source : CRESS-pdll)

De nos échanges, débats, palabres associatives (!), est née l’envie de faire bouger les choses, d’agir pour défendre un milieu associatif fort, divers et positif sur l’avenir de nos projets !

Rencontre lundi 24 novembre à 19h au Local de la Station : Salorges 1 - 15 quai Ernest Renaud à Nantes 2ème étage (Ligne 1 arret Gare maritime). Lieu susceptible d'être modifié en fonction du nombre de personnes présentes

associations-nantes.jpg

Texte collectif : « Engagement associatif : Grande (Remise en) Cause Nationale »

2014, l’engagement associatif hissé au rang de grande cause nationale, « une étape importante dans la reconnaissance du rôle essentiel et pourtant souvent méconnu que les associations jouent dans la société civile, au service de l’intérêt général »*. A notre échelle, nous, associations locales d’éducation populaire, avions d’abord envie de nous en féliciter. Et pourtant, cette initiative résonne chez nous comme une provocation lorsqu’on la confronte à nos réalités...

Nos assos qui valaient trois milliards

La réalité aujourd’hui, c’est la fragilisation extrême de nos associations et de celles qui nous entourent, conséquences directes des mesures d'austérité, de la baisse des subventions publiques et de la baisse des dotations aux collectivités. Les impacts sont concrets : gestion dans l’incertitude permanente, recul des actions, marchandisation des projets associatifs, forte pression sur les dirigeants bénévoles, précarisation des conditions de travail, licenciements**, disparition d’associations...

Ma petite entreprise

Chaque année, des centaines de jeunes deviennent bénévoles de nos associations. Ils décident de consacrer du temps pour les autres, de rendre leurs idées concrètes, de développer des compétences, de prendre des responsabilités, d’investir de l’énergie pour construire des projets collectifs... Comme beaucoup d'autres, nos associations inventent, innovent, proposent, responsabilisent et participent à l'économie d'un territoire. Elles sont actrices de l'éducation, du sport, des loisirs, de la culture, de l'art, de l'artisanat, de l'environnement, de l'économie, de l'emploi, de l'action sociale, des services, de la solidarité... Nous produisons des projets, des compétences, de la solidarité mais aussi du plaisir collectif... et le revendiquons !

Vol au-dessus d’un nid de coucou

Cette fragilisation du secteur associatif s'inscrit dans un contexte général particulièrement nauséeux (violence sociale, repli sur soi, actes discriminants...). Au-delà de l’inquiétude face à la disparition de certaines associations ou la perte d’emplois associatifs, nous nous interrogeons donc de manière plus globale sur le modèle de société que sont en train de dessiner les choix politiques actuels. Qu’est-ce qu’une ville sans ces associations ? Qu’est- ce qu’un pays sans ces vecteurs de liens sociaux, cette ouverture à la citoyenneté, ces valeurs, ces projets, cette économie, ces énergies ?

Le grand détournement

Chacun choisira les exemples qui lui conviendront mais tout le monde s’accordera sur un constat : s’il y a des économies à faire, il y a aussi des priorités à repenser. Ne minimisons pas l’impact des choix politiques dans l’élaboration des budgets. Un autre modèle est à imaginer et d'autres choix sont à faire. Stop au discours d’austérité et au fatalisme qui en résulte. Stop aux détournements de nos projets associatifs et à la mise en concurrence de nos structures. Nous refusons d’être en première ligne de la baisse des subventions publiques ou d’en être la variable d’ajustement sans réagir, car nous savons que ce n’est pas une fatalité.

Bénévoles, militant-e-s de l'éducation populaire, administrateurs-trices, volontaires, salarié-e-s, tous acteurs-actrices du monde associatif, il semble désormais urgent d’agir pour défendre un monde associatif fort, pluriel et divers. A toutes les échelles et depuis tous les statuts, chacun-e a la possibilité de se positionner face aux orientations prises et d’agir en faveur d’alternatives aux choix qu’on nous impose.

Les associations Atelier des initiatives, Afev, Dipp, Europa, Ghetto Art...

* site du Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports (http://www.associations.gouv.fr/10651-2014-annee-placee-sous-le-signe-

** Dans un rapport datant de septembre 2014, le Collectif des Associations Citoyennes estime que près de 40000 emplois associatifs sont voués à disparaitre en 2014-2015 et plus de 250 000 au total à l'horizon 2017.
Signez l'appel

Publié dans Tribunes Libres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article