Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie. 7 mai (Centre)

Publié le par CitiZen Nantes

Jeudi  7 mai 2009 à 20h
CID, bâtiment « Ateliers et Chantiers de Nantes »
2bis, bd Léon Bureau à Nantes (Tram Ligne 1, arrêt Chantiers Navals)
Salle jules Verne - 1er étage- Entrée Gratuite

Soirée débat, à l'initiative du collectif Mémoire et Dignité et du Centre Iinterculturel de Documentation (CID) autour du documentaire : Mémoires du 8 mai 1945 - LES  MASSACRES  DU  8  MAI  1945  EN ALGÉRIE-
 
« Ce déchaînement de folie meurtrière, dans lequel les autorités françaises de l’époque ont eu une très lourde responsabilité, a fait des milliers de victimes innocentes, presque toutes algériennes,… »
Discours de M.Bernard Bajolet, 27 avril 2008, Ambassadeur de France en Algérie

 Invités :
Mariem Hamidat,
réalisatrice du documentaire


Jean-Louis Planche
,
Historien, auteur du livre "Sétif 1945. Histoire d'un massacre annoncé".


++
Information et réservation
sur www.memoireetdignite.fr
ou au CID : 02 40 47 88  36

++
Interview de Mariem Hamidat
à propos de MÉMOIRES DU 8 MAI 1945  (France – 2007)

Le 8 mai 1945, à Sétif, petite ville de l’Est algérien, on fête l’armistice. Dans le cortège, parmi les drapeaux alliés surgit un drapeau algérien, symbole d’indépendance. La police tire sur la foule. C’est l’émeute. Dans toute la région, la répression menée par l’armée française va faire des milliers de victimes. Ce documentaire film est riche en témoignages de personnes ayant vécu le drame du 8 mai 1945 dans plusieurs régions de Sétif, Amoucha, Ain El Kebira, Ain Sebt, Kherrata, Melbou, ainsi que de certaines personnalités comme le président de la fondation 8 mai 1945 M. Bachir Boumaza et le journaliste américain Landrum Bolling qui était sur place le jour des massacres. « Enfant d’immigrés de Sétif, personne dans ma vaste famille ne m’a jamais raconté les événements sanglants du 8 mai 1945. Aujourd’hui, j’ai besoin de savoir pourquoi. Des témoins vivent encore et c’est auprès d’eux que j’ai recueilli ces témoignages. Pour comprendre le silence qui a suivi les cris de souffrance de ma part algérienne. » (Mariem Hamidat)


R/D : MARIEM HAMIDAT • Sc : Mariem Hamidat • Ph/C : François Nemeta • M/Ed : Khadicha Bariha • S : Jean-Christophe Girard • P : HKE Production (Pierre Olivier Krepper) • 60’ • vidéo • Doc • Coul/Col

++
Quatrième de couverture de l'ouvrage de Jean-Louis Planche :
Sétif 1945. Chronique d'un massacre annoncé, éd. Perrin (avril 2006)

Le 8 mai 1945, deux faits mineurs survenus à Sétif et à Guelma déclenchent le plus grand massacre de l'histoire de la France contemporaine, en temps de paix : au moins 20 000 et peut-être 30 000 Algériens sont tués par les Européens.Grâce au dépouillement des archives des ministères de l'Intérieur, de la Guerre et de Matignon, à de multiples entretiens avec des témoins, des acteurs et des journalistes, Jean-Louis Planche reconstitue le processus de cette "Grande Peur", survenue dans le département d'Algérie le moins politisé. Il montre, à l'origine, l'imbrication entre les conséquences immédiates de la guerre mondiale (notamment la présence américaine), les ravages du marché noir qui a destructuré la société coloniale et une épuration politique manquée. Il explique comment on passe d'une psychose complotière à une peur de l'insurrection générale, puis à une répression aveugle. Il analyse le rôle des partis politiques prompts à instrumentaliser l'affaire, au moment où ils se déchirent pour le contrôle du pouvoir dans la France d'après guerre.Résultat : deux mois tragiques pour le Constantinois et une chape de plomb qui, soixante ans après, continue de peser sur les relations franco-algériennes et de hanter la mémoire nationale. Ce livre lève enfin le voile.


Publié dans Centre ville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Margareth 28/04/2009 15:17

C'est un moment de l'histoire dont je n'avais jamais entendu parler. Je croyais que les "événements d'Algérie" avaient commencé seulement en 1954.

Aziz 04/09/2016 14:39

Ma chère Margareth, vous devez revoir l'histoire de l'Algérie à partir de 1830, et des massacres faits au nom d la France. La révolution algérienne n'a pas débuté en novembre 1954, mais bien avant. Salutations !