Rencontre : Transmission et construction identitaire dans l’exil et l’immigration 20 avril (Centre)

Publié le par CitiZen Nantes

Quels « héritages » les migrants transmettent-ils à leurs enfants ?

Lundi 20 avril 2009 à 19h au CID

Bâtiment « Ateliers et chantiers de Nantes ». 2 bis, Bd Léon Bureau
Salle Jules Verne 1er étage

Mon père, l’Algérien, le maître d’école, ne m’a pas appris, la langue de son peuple. Il ne m’a pas parlé la langue de sa terre, de sa mère. Il s’est tenu loin dans le silence. De son roman familial algérien, je n’ai rien su. Leïla Sebbar

Dans le cadre de son cycle de conférences de l’année 2008-2009, le Centre Interculturel de documentation vous propose une rencontre avec Monsieur Mahmoud Bah sur la question de la transmission qui se pose de manière cruciale dans l’immigration, la mobilité et l’exil.

Dans le cadre de son cycle de conférences de l’année 2008-2009, le Centre Interculturel de documentation vous propose une rencontre avec Monsieur Mahmoud Bah sur la question de la transmission qui se pose de manière cruciale dans l’immigration, la mobilité et l’exil.

Quels rapports les parents exilés ou migrants entretiennent-ils entre l’espace social de la société d’accueil et l’espace privé qui apparaît, souvent, comme le refuge où peut être préservé une identité spécifique et où ils élèvent leurs enfants ?

Quelle est l’image possible de la « généalogie familiale » ? Comment se conjuguent la transmission de la  culture d’origine dans toutes ses dimensions, et celle de la mémoire familiale, dans un contexte « étranger » à l’une et l’autre ?

Quel est le rôle des facteurs socio-économiques et la place des facteurs culturels ? Comment rendre compte de la complexité de ces contextes dynamiques où se construisent les « filiations » ?


++
Mahmoud Bah
est né à Labé en Guinée en 1947.
Après l'arrestation de son frère, Bah Ibrahima Caba, lors de la grève des enseignants de Guinée, Mahmoud Bah prend le chemin de l'exil d'abord à Dakar, ensuite en France où il milite pour le Rassemblement des Guinéens de l'Extérieur, parti politique d'opposition au régime de Ahmed Sékou Touré. En France Mahmoud Bah obtiendra un diplôme de chimie alimentaire.
Lors d'un court séjour en Guinée, Mahmoud Bah sera arrêté sur trahison en 1979 à Koundara et transféré au camp de concentration Boiro Mamadou où tous ses compagnons seront exécutés. Il sera libéré en 1984, après la mort du dictateur guinéen.
Mahmoud Bah retournera en France et enseignera dans un lycée français jusqu'à sa retraite en 2005.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et manuscrits sur la Guinée.

++
Les intervenants qui accompagneront le débat avec Mahmoud Bah
- Agnès Legrix de la Salle a proposé au Cid d’organiser cette rencontre. Elle prépare un diplôme d’«Histoires de Vie en Formation » centré sur  Monsieur Mahmoud Bah.
- Martine Lani-Bayle, Professeur en Sciences de l’Education et Responsable du Diplôme d’Université « Histoires de Vie en Formation », romancière et auteure de nombreuses études, dont Taire et transmettre. Les histoires de vie au risque de l’impensable, Chronique Sociale 2006 et Les Secrets de famille. La transmission de génération en génération, Odile Jacob 2007.
- Patrick Brun, auteur de Emancipation et connaissance : les histoires de vie en collectivité,  prologue Bertrand Bergier. Paris, L'Harmattan, 2001, 285 p.
- Jacques Cochin, ancien enseignant de l’Université de Rennes, spécialiste de la sociologie et de l’histoire de la Guinée.

Publié dans Centre ville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article