François Kotlarski, cinéaste baroudeur et iconoclaste, est parti

Publié le par CitiZen Nantes

François Kotlarski

François Kotlarski

Par Eric Münch

Le 18 novembre 2015 mon ami, mon frère François nous a quitté. Je n'ai pas de mot pour exprimer ma douleur, je veux juste vous dire que je l'aime et que je l'aimerai encore et toujours.

J'ai vécu avec lui mes plus belles aventures de sons et d'images, à commencer par "Ghetto Blaster" en 1983 qui m'a fait découvrir l'Afrique , notre passion commune, le Nigeria et l'afrobeat de Fela, et comme il disait chaque fois, "on est pas venu, on était déjà là".

Ghetto Blaster, la naissance du premier groupe d'afrobeat en Europe (1983)

Avec : Kiala Nzavotunga, Ringo Avom Archibong, Udoh Essiet, Willy N'For, Betty Ayaba, Isabel Kim, Tony Allen, Chico, Stéphane et Martin Meppiel, Pascal Imbert, Stéphane Blaess, Romain, Frankie Ntohsong... Image : François Kotlarski Son : Eric Münch Musique : Ghetto Blaster Concert filmé au Black Pussy Cat 1983 - Lagos (Nigeria) Ghetto Blaster fut dissout en 2007.

"Rasta and the ball"

Il a été mon initiateur à cette occasion, il m'avait pris sous son aile et m'avait formé à l'école des frères Jansen qui avait été ses maitres, avec Jean Pierre Jansen il avait filmé Bob Marley à Tuff
Gong, puis ses obsèques pour Chris Blackwell. Il avait appris à être sensible, en particulier à la musique, et à raconter l'histoire en un seul plan séquence, c'est son frère Philippe qui avait assuré le montage.

En 1980, je tourne avec JP Janssen un doc sur les rastas et le football pour l' émission Grand Stade de Robert Chapatte (Antenne 2)

François Kotlarski

Mon Bonheur à Moi (031) / François K.

Télé Kréol

Puis Haïti et le vaudou, les Marquises et ses maoris (Roger et Dora à Hatieheu), le Sénégal de Khady Sylla, puis notre premier documentaire "Le cinéma africain?" sélectionné à Cannes, Clermont, Los Angeles et dans une centaine de festivals, puis les Fespakistes toujours tourné à
Ougadougou.

Les Fespakistes - Festival du Film Panafricain de Ouagadougou, Burkina Faso

Cinéastes, acteurs et autres protagonistes du FESPACO 2001 (Festival du Film Panafricain de Ouagadougou, Burkina Faso) s'interrogent sur l'avenir du cinéma africain et sur la difficulté de faire des films dans des pays qui n'ont bien souvent aucune institution consacrée au cinéma. Chacun essaye de chercher quel serait l'idéal de ce cinéma en devenir. Ce film est un essai, un état des lieux de la production cinématographique en Afrique en ce début de millénaire. Le film initie les spectateurs à une découverte de l'Afrique trop souvent cachée derrière le voile pudique et pur de la coopération économique et artistique. Réalisation: Eric Münch & François Kotlarski et Idrissa Ouedraogo

Puis notre dernier doc tout juste terminé, "Nawal et les Femmes de la Lune". Il était parti à la Reunion depuis 5 ans et m'avait rejoins pour ce tournage aux Comores et à Zanzibar, avait dépensé ses derniers deniers pour prendre l'avion, il était comme ça François, toujours prêt pour l'aventure.

Eric Münch

Publié dans Cinéma, France, France & Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article