Week-end d’actions contre l’usine Nobelsport fabricant de grenades lacrymogènes et de balles de défense

Publié le par CitiZen Nantes

Mise à jour du 13 novembre 2015

Pont-de-Buis, le 23, 24 et 25 octobre 2015 : Commémoration de la mort de Rémi Fraisse, tentatives de blocages, tentatives de manifestations contre l'usine d'armement NOBEL SPORT. Un récit filmique et une investigation de DOC du réel
Le 25 octobre 2015, un an après la mort de Rémi Fraisse, le Collectif Pont-de-Buis (Finistère) organisait un week-end d’actions contre l’usine Nobelsport fabricant de grenades lacrymogènes et de balles de défense.
Week-end d’actions contre l’usine Nobelsport fabricant de grenades lacrymogènes et de balles de défense
Communiqué

Le 25 octobre dernier, à Sivens, Rémi Fraisse était tué par une grenade offensive de la gendarmerie. Ces dernières années, on ne compte plus le nombre de mutilé-e-s et de blessé-e-s par les armes de la police : grenades, Flash-Balls, Lanceurs de Balles de Défense. La militarisation croissante du maintien de l'ordre répond à une volonté de réprimer toujours plus durement la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance.

Les armes policières, utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français, et notamment par l'entreprise Nobel Sport, basées à Pont-de-Buis (29). L'usine bretonne produit différent modèles de grenades lacrymogènes, et les balles en caoutchouc tirées par la police.

Le week end du 25 octobre 2015, nous organisons une journée d'action autour de cette usine, suivie de deux journées de discussion et de rencontres. Nous voulons mener une percée dans l'imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police, en s'interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en oeuvre, et qui en profite puisque c'est aussi un business, avec un marché intérieur et des contrats à l'export.

Notre seule présence devant les grilles de cette usine classée Seveso suffira à bloquer la production. Mais nous envisageons cette action comme le début d'un processus plus large.

Tou-te-s solidaires contre les violences d'État, tou-te-s à Pont de Buis du vendredi 23 au dimanche 25 octobre 2015.

Vendredi 23 - Manifestation à 14h au départ de la place de la gare à Pont-de-Buis. Venez avec vos idées, votre créativité : masques de couleurs, marionnettes, peinture, musique...
Samedi 24 et dimanche 25 octobre - Débats et discussions, moments de convivialité et d'actions

Plus d'infos et de nombreuses ressources sur le site desarmonslapolice

Collectif Pont-de-Buis 2015

Compléments

Vidéo "Contre les armes de la police, bloquons leur usine à Pont de Buis !"
L'appel

Il faut reconnaître une certaine tétanie dans les mouvements de lutte face à l’effet ravageur des armes du maintien de l’ordre et à leur usage devenu presque systématique. Si nous étions surpris de voir si peu de monde descendre dans la rue suite à la mort de Rémi, nous l’étions moins de constater les clivages que cette séquence a fait ressurgir dans les mouvements. La crainte plus ou moins fondée de voir se répéter dans les manifs anti répression le même dispositif d’affrontement entraînant les mêmes conséquences, a eu raison de la réaction massive à cet assassinat. Planait comme un sentiment d’abandon pour ceux qui descendaient dans les rues et de dépossession pour ceux qui craignaient les débordements, les blessures etc. La police, elle, s’est contentée de boucler intégralement les centre-villes et d’alimenter le sentiment de crainte par assauts médiatiques successifs.

Extrait de l'appel

Commenter cet article