Dernières nouvelles de l'Etat prétendu islamique

Publié le par CitiZen Nantes

Par Thierry Kruger - 12/09/2015

Sur le site 'Terror Monitor', je note des inflexions importantes le 10 septembre. Depuis 24 heures voici les nouvelles que je retiens, car il appert que les forces bacharites, rebelles et l'Etat Islamique s'équilibrent à présent et que l'on s'achemine vers une 'guerre de position' encore plus meurtrière. On peut le prédire d'évidence parce que chaque camp lance des offensives plus soutenues, mais pas aux mêmes endroits. C'est dans les mois qui viennent qu'on va savoir si ça sent le sapin pour la dictature bacharite ou le 'reich-khalifat' facho de l'EI.

On va aussi avoir une clarification de l'attitude de l'UE et des USA vis-à-vis de la Russie, dont l'habileté tactique est décidément redoutable depuis le second mandat de Poutine. En clair les moins futés dans ce jeu de mort, c'est 'nous'...

Quelques apparents 'adoucissements' du fanatisme

Main tendue vers les shî'ites ?

Le pseudo-khalif Al-Baghadadi vient de revendiquer une ascendance muhammadienne, se disant issu de Djaafar, frère du 10ème iman shî'ite, lui-même issu d'Alî , gendre du Prophète. Or cette lignée d'imams est celle que revendiquent les shî'ites. Il n'y a pas de khalif qui vaille s'il ne se revendique pas d'une telle ascendance. On peut donc penser que c'est moins un geste envers les shî'ites que de la propagande.

L'égorgement des otages recule au profit de demande de rançon

Une vidéo de ce jour 'met en vente' de façon insistante deux otages d'organisations humanitaires, un norvégien et un chinois, en tenue jaune (et non orange) avec leurs photos sur toutes les coutures, âge, date et lieu de naissance, profession. Ils les qualifient de 'païens' abandonnés par leur gouvernement. La ministre norvégienne concernée vient d'annoncer que son pays n'en verse jamais. Cette identification, cette personnalisation, déjà rencontrée avec les bombes humaines présentées comme 'martyrs', se retrouve parfois avec certains de leurs condamnés à mort, et nouveauté, ils délivrent parfois un message (forcé) avant leur exécution.

Les mises à mort inhumaines régressent fort ou deviennent invisibles

Autre point, les images d'exécutions connaissent aussi un infléchissement notable : les cruxificions se raréfient, les égorgements disparaissent, les décapitations reculent devant les exécutions par balles, surtout collectives. En revanche on a vu encore récemment une précipitation dans le vide, depuis un silo, d'un homosexuel, même si elles aussi sont moins fréquentes. A contrario, une nouvelle escalade dans le sordide : une vidéo récente montre trois hommes suspendus en l'air, en position dite 'du perroquet' (qu'on usait dans les prisons d'Hassan II du Maroc), qui meurent ... brûlés vif ! En août, leur pseudo-calife a dit de ne plus mettre les vidéos les plus cruelles en ligne mais, comme le commandement de l'EI est très décentralisée, cette diminution de telles images parait provenir de petits chefs locaux ...

Plus de rackets, moins de génocides des chrétiens

Pour la première fois, il y a une semaine, ont été montrées des images de chrétiens en train de payer l'impôt discriminatoire du temps du Grand Califat qui frappe les autres religions du livre. Dans une salle, composée que d'hommes, tous le visage abattus, consternés et le regard cachant leur peur, chacun passe signer une reconnaissance de paiement (racket) à un barbu fasciste sur une haute estrade tenant un registre sur une table. Nous sommes à Qaryatayn, ville du centre-ouest syrien, porte des routes vers les grandes villes de Homs et Hama, aux mains du régime syrien, qui fut conquise en juillet par l'EI ...

De même, se multiplient les libérations, par petits paquets, depuis un mois, de chrétiens, voire de Yezidis, mais ce sont des vieux, des enfants, moins des hommes adultes et encore plus rarement des femmes... Est-ce une réponse au Front al-Nosra, actif dans l'émirat d'Idlib et affilié à Al-Qaï¨da, qui a déclaré en août que lui, il respecterait les non-musulmans, afin de recevoir de l'aide militaire ?

Apparition de femmes sur une photo de propagande

Les centaines d'images de propagandes de l'EI ne montraient jamais de femmes, à part celle, posée, d'une prétendue 'djihadette' tellement voilée qu'elle ne risquait pas de voir grand chose et de se faire descendre très vite ! Une photo en ligne aujourd'hui, en laisse voir deux, sans voile intégral, lors d'une projection de propagande publique en Irak contrôlé par eux. Une jeune femme et une jeune fille, visages découverts. Est-ce un signe que pour son fonctionnement, l'EI commence à manquer de bras, puisque les femmes ont été exclues du travail, tant dans le secteur éducatif, médical que dans tout le tertiaire ?

Toutefois, une autre vue, prise en Syrie, montre toujours une de leur affiche de propagande officielle, celle représentant une femme recouverte à 100 % d'une vesture en monochromie noire la faisant ressembler à Belphégor, et que donc, elle reste la norme 'désirable'. AUCUNE image ne montre encore de femme au travail, elle ne font que hanter les rues, AUCUNE ne montre une femme dans les spectateurs d'exécution, quasiment pas sur les marchés. Il semble que les opérateurs s'interdisent de les montrer.

Apparition de floutages pudibond ou édulcorant

Celui-ci re lève d'une pathologie comportementale rencontrée chez des intégristes chrétiens médiévaux et dans l'Angleterre de l'ère victorienne : la censure du nombril. Certains cadavres sont floutés à cet endroit. Autre censure, celle du sang jaillissant d'une tête coupée, autre tabou ou simple volonté d'édulcorer de la part de la dictature de l'EI ?

Conclusion : Bouger pour ne rien changer

La propagande de l'EI, raciste, unilatérale et millénariste n'a pas, dans ses fondamentaux, bougée d'un iota. L'EI se réjouit 'd'inonder' l'Union Européenne de réfugiés - bien trop peu nombreux pour nous déstabiliser ne serait-ce que d'un poil, alors que le Liban a lui, un tiers de sa population constituée de réfugiés, et vit en ce moment un printemps anti-politiciens corrompus avec grosses manifs et lançage d'oeufs sur les flics anti-émeute !

Deux : L'EI proclame toujours, dans sa forfanterie, vouloir conquérir Istanbul et Rome, capitale 'croisée' ! Et dans une vidéo récente, en anglais, est annoncée la mise en circulation d'une monnaie d'or, argent et cuivre propre à l'EI et la destruction du 'capitalisme' et la soumission de 'même les américains'. Ah houai, 'l'exploitation de l'Homme par l'Homme', l'EI connaît pas ?

Image de la Go-Pro ? d'un djihadiste de l'EI se filmant en plein combat, en Irak ... jusqu'à sa mort. Mise en ligne en juin 2015 sur la plate-forme LiveLeaks où on assiste, gros lâche dans son fauteuil, à des scènes de combats 'live'. J'ai vu une vidéo de 20 mn sans montage d'une attaque et destroyation, filmé de loin, d'un fortin yéménite occupé de soldats saoudiens, due à des rebelles Houthis. Bruit de roquettes, de tir d'armes, d'explosions, sang-froid des deux camps. La guerre pas comme au cinéma ...

Image de la Go-Pro ? d'un djihadiste de l'EI se filmant en plein combat, en Irak ... jusqu'à sa mort. Mise en ligne en juin 2015 sur la plate-forme LiveLeaks où on assiste, gros lâche dans son fauteuil, à des scènes de combats 'live'. J'ai vu une vidéo de 20 mn sans montage d'une attaque et destroyation, filmé de loin, d'un fortin yéménite occupé de soldats saoudiens, due à des rebelles Houthis. Bruit de roquettes, de tir d'armes, d'explosions, sang-froid des deux camps. La guerre pas comme au cinéma ...

Les combats s'enlisent : nouveaux fronts et alliances

Dangereuse synergie

Le nouveau chef d'Al-Qaïda, vivant en Afghanistan, vient de déclarer qu'une 'collaboration avec l'État prétendu Islamique n'est pas exclue'. Voilà une mauvaise nouvelle ! L'émirat d'Idlib, au nord-ouest syrien, coalition de groupes sunnites fondamentalistes et de djihadistes affiliés à Al-Qaïda, qui combat les bacharites (soldats du régime syrien) se claschent depuis cet été frontalement à l'EI dans les fertiles plaines du nord-ouest, autour de Marea, au nord d'Alep. Devant cela, un chef djihadiste afghan a déclaré le djihad contre Al-Qaïda !

L'armée bacharite se regroupe car trop dispersée

L'EI attaque en vain depuis un mois, au nord, à l'est et au sud, les derniers puits d'hydrocarbures contrôlés par l'armée syrienne du dictateur Bachar al-Hassad. Elle vient de perdre devant l'émirat d'Idlib son avant-dernière base, encerclée, de la région nord-ouest.

L'EI a intensifié ses assauts depuis peu sur la dernière poche de résistance, vaste, des bacharites dans le centre-est, à Deir ez-Zor, guignant la conquête d'une seconde capitale provinciale, après Raqqah leur 'capitale officielle', suite à leur échec complet de conquête de la capitale du nord-est, Hassaké, devant les kurdes du Rojava (Syrie du nord), alliés objectifs des dernières troupes bacharites présentes dans la région.

Des soldats russes en Syrie

On a appris hier qu'après le hezbollah shî'ite libanais, dans la région centre-ouest, des 'gardiens de la révolution' iraniens, un troisième pays envoie des troupes au sol, la Russie. La propagande poutinienne assure qu'elle ne combattra que les fascistes de l'EI et pas, contrairement aux deux autres forces étrangères, aussi, les autres rebelles syriens. Seules des troupes au sol peuvent vaincre l'EI. Bombarder c'est pour les lâches.

La bande de Gaza se rapproche de l'EI

Un second groupuscule palestinien de la Bande de Gaza a fait allégeance aujourd'hui à l'EI. Ils restent insignifiants face à la puissance du Hamas qui contrôle ce territoire et est en cessez-le-feu avec Israël.

Depuis des mois, un groupe syrien de fondamentalistes occupant la bordure méridionale du plateau du Golan syrien, occupé et annexé par Israël, s'est rallié à l'EI. Mais au lieu de s'en prendre à elle, il vient depuis quelques jours d'attaquer les rebelles syriens du sud, en majorité issus de l'Armée Syrienne Libre, les moins 'religieux' des résistants du régimes bacharite. La puissance de feu israélienne les retient sans doute et ce pays ne veut pas s'impliquer dans ce conflit, pour ne pas offrir sur un plateau des arguments antisémites et/ou anti-sionistes de plus aux 'nazis' de l'EI. D'ailleurs l'EI est bien plus virulente contre 'l'Occident'.

L'EI se prépare t-il à attaquer la Jordanie ?

Tous les postes frontières irako-syriens ont été détruits afin de supprimer les frontières entre ces deux pays, issus d'accords anglo-britanniques au début des années 1920. Un groupe de l'EI, stationné dans la vaste et désertique province du nord-ouest irakien, Al-Anbar, a fait sauter un poste frontière irakien - et ses deux soldats gouvernementaux - près de la frontière jordanienne.

Les djihadistes étrangers compensent les pertes

La Coalition, menée par les USA, estime qu'elle a tué près de 10 000 combattants de l'EI en un an, mais ces chiffres sont des bobards : tout au plus 2500. Cette perte a été très largement compensée par ceux venus du monde entier en renfort. Néanmoins, ceux-ci sont très majoritairement des branleurs, des exaltés, incapables de savoir se battre. L'EI utilisent fréquemment ceux-là comme bombe humaine. De plus, ils sont souvent indisciplinés, choquent la population locale, ignore les moeurs et coutumes du pays hôte et s'avèrent de plus en plus contre-productifs. Néanmoins, l'EI a augmenté ses camps d'entrainement et de plus en plus, ces nouveaux venus se voient confier des missions plus 'exaltantes'. L'EI veut augmenter leur encadrement, unifier son commandement, les utiliser en soutien, afin qu'ils s'aguerrissent, et non en 1ère ligne ou dans la logistique, les lignes de front s'allongeant pour les fascistes par leurs percées profondes dans le dispositif bacharite.

Les kurdes s'essouflent

La belle avancée des kurdes syriens est presque partout stoppée, tandis que chez leurs frères irakiens, qui n'ont conquis que de petits territoires, un recul à même commencé au sud de leur grande ville de Kirkouk. Seule la région au sud d'Hassaké, Syrie nord-est, voit encore quelques gains territoriaux. Un village de chrétien assyrien est actuellement menacé au nord de l'Irak. Il semble que les kurdes irakiens soient plus affaiblis que ceux de Syrie. Est-ce à cause de la destruction par bombardements de l'armée turque, en août, des présumés centres de ravitaillement des Kurdes de Turquie (PKK) situés en Kurdistan Irakien ?

Thierry Kruger

Compléments

Commenter cet article